GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: pour le conseil provincial d'al-Anbar, Ramadi est la priorité

    media Les combattants du groupe Etat islamique ont dressé leur drapeau dans les rues désertes de Ramadi, la capitale de la province d'al-Anbar, le 18 mai. AFP PHOTO / HO / AAMAQ NEWS AGENCY

    La bataille pour al-Anbar devrait reprendre sous peu. La nouvelle cible sera en priorité Falloujah plus proche de Bagdad, la capitale. Ce changement de stratégie ne plaît pas à tous. Le conseil provincial d’al-Anbar regrette ce choix exprimé par la mobilisation populaire. Pour lui, Ramadi est la priorité.

    Avec notre correspondante à BagdadAngélique Férat

    La position du conseil provincial est claire. Ramadi est la capitale régionale, la ville est proche de la Syrie, il faut la reprendre. Plus on attend, plus cela sera difficile. Et surtout, le conseil provincial met en avant ses nouveaux volontaires. Maintenant, ils sont entraînés par les Américains. 8 000 policiers et 6 000 membres des tribus seraient prêts à combattre. Reste un problème l’armement, toujours insuffisant.

    Le cheikh Maadi Noman sait bien que la bataille pour al-Anbar sera féroce, et 100 familles seraient encore à Ramadi. « Daech a essayé de prendre Ramadi pendant 18 mois et ils ont pu prendre cette ville juste parce que l’armée irakienne s’est retirée et a laissé faire. Les 100 familles que nous connaissons sont otages de Daech. On va essayer de les faire sortir avant le début des opérations. En fait, Ramadi est un théâtre d’opérations pour la guerre que se livre les pays voisins de l’Irak. Nous tenons responsable notre gouvernement de ce qui va se passer à Ramadi. On espère juste que la bataille sera rapide et sans faire trop de morts. »

    al-Anbar est entré en rébellion contre le gouvernement central dès janvier 2014. Avant l’arrivée du groupe Etat islamique sur la scène irakienne. Après 18 mois de combats, la région est dévastée. 18 000 maisons sont détruites, 31 000 endommagées. Et 90% des fermes, commerces ou entreprises sont détruits.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.