GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: l'enquête parlementaire sur la chute de Mossoul est terminée

    media Des combattants du groupe EI célèbrent leur victoire à Mossoul, sur un véhicule pris à la police irakienne, le 23 juin 2014. REUTERS/Stringer

    Le président du comité d’enquête sur les circonstances de la chute de Mossoul, en Irak, affirme que le rapport est prêt, même si certains politiques n'ont pas répondu aux questions des députés. Parmi eux, l'ancien Premier ministre Nouri al-Maliki. Le rapport doit être présenté au Parlement après le ramadan.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Férat

    Le 10 juin 2014, la deuxième ville d'Irak tombait aux mains de l'organisation Etat islamique. Vingt-six députés ont travaillé pendant cinq mois. Ils ont entendu 82 personnalités, militaires ou politiques. Au final, le rapport fait 100 pages. Mais toutes les personnalités n'ont pas joué le jeu. L'ancien Premier ministre Nouri al-Maliki et Massoud Barzani n'ont pas répondu aux questions du comité.

    Le président du comité, Hakim al-Zamili, espère que ce rapport marquera un changement dans la politique irakienne. « Quand certaines personnes vont être punies et amenées devant la justice, ça va changer les choses, affirme-t-il. Les gens ne vont plus jouer avec la vie d'Irakiens. Ils seront plus professionnels, ils auront peur des sanctions. Ils seront attentifs au sort de nos soldats. Des soldats ont été kidnappés par Daech et personne n'a rien fait pour les libérer. Ils s'en fichaient parce qu’il n'y avait pas de punition. »

    Des fuites ont déjà laissé entendre que plusieurs chefs militaires seront accusés de négligence, voire de trahison. Par exemple, les responsables militaires de Mossoul qui ont quitté la ville en laissant leurs hommes sans consignes. L'ancien gouverneur de Mossoul serait aussi dans le collimateur du comité. Le Parlement irakien reprendra son travail après l’Aïd, à la mi-juillet. Le rapport devrait lui être alors présenté.

    → À (RE)LIRE: Irak: à Mossoul, une année sous la férule jihadiste

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.