GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Il serait arrivé à la prison de Filingué qui se trouve au nord-est de Niamey, la capitale.

    Dernières infos
    • France: un pont s'effondre au nord de Toulouse, un camion et une voiture tombent dans le Tarn (pompiers)
    • Il est nécessaire de «restaurer l'ordre» à Hong Kong (ministère chinois de la Défense)
    • Fusillade en Californie dans la ville de Fresno: quatre morts et six blessés (police)
    • Manifestations et violences en Iran: Téhéran condamne le soutien de Washington à des «émeutiers»
    • Biélorussie: aucun représentant de l'opposition n'a été élu aux législatives (résultats officiels)
    • Hong Kong: la loi interdisant le port du masque est jugée anticonstitutionnelle (Haute cour)
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: la date butoir des négociations est repoussée

    media Le secrétaire d'Etat John Kerry et le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif sont à Vienne pour négocier sur le dossier nucléaire, et cela devrait au moins durer jusqu'au 7 juillet. REUTERS/State Department

    Le département d’Etat confirme le report de la date limite des négociations sur l’Iran au 7 juillet. Un report qui n’est pas une surprise, alors que Barack Obama a répété mardi 30 juin, lors d’une conférence de presse avec Dilma Roussef, présidente du Brésil, que les Etats-Unis ne signeraient pas un mauvais accord sur le nucléaire iranien. Les grandes puissances et l'Iran se donnent donc une semaine supplémentaire pour poursuivre leurs discussions.

    Visiblement le mardi 30 juin n'était pas un jour propice à la signature d'un accord sur le nucléaire iranien. La moitié des ministres des Affaires étrangères des grandes puissances n'étaient même pas présents. Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius initialement attendu à Vienne n'est finalement pas revenu en Autriche tout comme ses homologues britannique et chinois, rapport notre envoyé spécial à Vienne, Sami Boukhelifa.

    Seuls étaient présents le Russe Sergeï Lavrov, l'Allemand Franck Walter Steinmeir et bien sûr le secrétaire d'Etat américain John Kerry. Les trois ministres se sont entretenus avec le diplomate en chef iranien, Mohamed Javad Zarif rentré tout juste de Téhéran où il s'était rendu le week-end dernier pour des consultations.

    A son retour le ministre des Affaires étrangères iranien est resté très évasif. Il n'a rien laissé transparaitre de son déplacement en République islamique. Quoi qu'il en soit les négociateurs des sept pays engagés dans ce tunnel de discussions vont jouer les prolongations, puisque la date limite a été repoussée au 7 juillet.  

    Un report peu surprenant

    L’annonce du report de la date butoir n’est pas une surprise. Tous les interlocuteurs au département d’Etat expliquaient depuis plusieurs semaines, que « rien n’interdit d’arrêter la pendule dans ces négociations. Le 30 juin est une contrainte artificielle. »

    « Il s’agit d’un report technique », selon John Kirby, le porte-parole de John Kerry. « Une manière de se donner un peu d’air afin de finaliser un accord capital », relate notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio.

    « Le cadre fixé à Lausanne début avril est le bon », d’après Barack Obama, « et les Iraniens doivent s’engager à le respecter, car je n’hésiterais pas à quitter la table des négociations si ce n’est pas le cas. Si nous ne sommes pas en mesure d'avoir des assurances sur le fait que toutes les voies sont bloquées si l'Iran veut obtenir l'arme nucléaire, si nous ne pouvons pas le vérifier, si les inspections, si les vérifications ne sont pas à la hauteur de nos exigences et bien nous n'aurons pas d'accord. »

    Le président des Etats-Unis faisait allusion mardi au point qui concentre les inquiétudes : le contrôle des sites iraniens par les inspecteurs de l’AIEA. « Un point qui n’est pas basé sur la confiance mais sur la preuve de l’application », a poursuivi Barack Obama. Avant de conclure : « En réalité la balle est dans le camp des Iraniens. »

    Rien n’empêche, en théorie, une nouvelle prolongation des discussions, mais pour Washington, le 7 juillet est une date importante. Cela permettrait de soumettre le texte au Congrès, qui aura un mois pour se prononcer. Or les vacances parlementaires interviennent le 8 août. Si d’aventure les négociations se prolongent, tout est reporté au mois de septembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.