GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Il est nécessaire de «restaurer l'ordre» à Hong Kong (ministère chinois de la Défense)
    • Fusillade en Californie dans la ville de Fresno: quatre morts et six blessés (police)
    • Manifestations et violences en Iran: Téhéran condamne le soutien de Washington à des «émeutiers»
    • Biélorussie: aucun représentant de l'opposition n'a été élu aux législatives (résultats officiels)
    • «Déchets, ça déborde! On fait quoi?» Journée spéciale ce lundi sur les antennes de RFI dès 6h TU (7h heure de Paris)
    • Hong Kong: la loi interdisant le port du masque est jugée anticonstitutionnelle (Haute cour)
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: que faut-il attendre des discussions de Vienne?

    media Les négociateurs de la communauté internationale se sont réunis à Vienne pour la dernière phase des négociations sur le nucléaire iranien, fin juin 2015. REUTERS/Carlos Barria

    Près de deux ans de négociations. L’accord sur le nucléaire iranien entre Téhéran et les grandes puissances doit être conclu en Autriche, où se déroulent actuellement les discussions. Cela permettrait à la République islamique de développer son programme nucléaire civil et aux grandes puissances de s’assurer que l’Iran ne cherche pas à se doter de la bombe atomique. Ce mardi 30 juin, c'est en principe la date butoir pour ces négociations compliquées, tellement compliquées qu’il va falloir dépasser l'échéance, a-t-on déjà prévenu.

    Avec notre envoyé spécial à Vienne

    Dans le dossier du nucléaire iranien, les négociateurs internationaux ont un point fort : tous sont de fins diplomates. Mais ils ont aussi un point faible : le respect des délais. A Genève, Lausanne ou Vienne, partout où se sont tenues leurs discussions, ils n’ont pratiquement jamais respecté les dates butoirs qu’ils se sont pourtant eux-mêmes imposées.

    Pour leur défense, les négociations sont tellement compliquées qu’ils ont besoin de temps, beaucoup de temps pour régler leurs différends. Et lorsque l’occasion d’une prolongation se présente, ils la saisissent sans se poser de question.

    « En réalité, de manière plus ou moins tacite, les négociateurs se sont donnés quasiment une semaine supplémentaire, analyse François Géré, directeur de l’Ifas, l’Institut français d’analyses stratégiques. La véritable date butoir pour les Etats-Unis, c'est la date qui a été plus ou moins  posée par le Congrès américain, c'est-à-dire la date du 8 juillet. Date à laquelle le Congrès reverrait sa position sur la question de la levée des sanctions. »

    Sanctions

    La levée de ces sanctions internationales, qui pénalisent l’économie iranienne, constitue justement l’un des principaux points de blocage dans ces négociations. Téhéran plaide pour leur levée immédiate. Les grandes puissances, avec à leur tête la France, souhaitent une levée progressive.

    Réputé pour son intransigeance dans ce dossier, Laurent Fabius est même l’un des principaux artisans du Snap-Back, un mécanisme qui vise à réimposer automatiquement des sanctions contre l’Iran en cas de manquement à ses obligations. Après avoir signé un accord intérimaire à Lausanne en avril dernier, le chef de la diplomatie française tenait à rappeler que l’Iran n’a pas toujours fait preuve de transparence envers la communauté internationale. Rétablir la confiance risque donc de prendre un peu de temps.

    « Si l'Iran ne respecte pas ses engagements, il faut qu'on puisse revenir aux sanctions économiques qui actuellement existent vis-à-vis de l'Iran. Et le mécanisme précis n'est pas encore totalement mis au point », explique M. Fabius. Le ministre des Affaires étrangères considère que l'accord d'Etats est « positif » mais qu'il reste « encore du travail certainement d'ici la fin juin. Il faut savoir que depuis très, très longtemps - cette affaire date depuis 2002, 2003 -, l'Iran a suscité légitimement beaucoup de méfiances puisqu'ils avaient caché toute une série d'installations. Maintenant, possiblement, c'est le début d'un nouveau processus. On va essayer d'avancer mais on n'est pas encore au bout du chemin. »

    Depuis cette déclaration, trois mois se sont écoulés. Il y a eu beaucoup de progrès, mais il reste aussi des points de blocage que les négociateurs n’arrivent pas à surmonter et notamment l’inspection de certains sites militaires iraniens.

    Blocages

    Selon le spécialiste Ali Vaez, chercheur à l’International Crisis Group, seuls les ministres des Affaires étrangères des grandes puissances et de l’Iran sont en mesure de surmonter ce genre de difficultés. Leur arrivée à Vienne ce mardi donnera une impulsion finale aux négociations qui aboutiront certainement par la signature d’un accord.

    « L’expérience nous montre que durant les deux dernières années, la plupart des avancées sur les sujets sensibles qui nécessitent des décisions politiques fermes, se sont vraiment produites dans les derniers jours. Pas seulement à cause des dates butoirs, mais surtout en raison de la présence de hauts responsables politiques. Vous avez les ministres des Affaires étrangères qui viennent, le directeur de l’AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique, NDLR), donc la pression augmente et la pression fait bouger les lignes. »

    Avec la signature d’un accord sur le nucléaire iranien viendra ensuite la phase de l’application de cet accord. Une phase délicate puisque c’est durant cette nouvelle étape que les uns et les autres s’assureront qu’il n’y a pas d’interprétations divergentes.

    « On va entrer dans la phase de réalisation, où l'on va se rendre compte que dans ce qu'on a signé, on est bien d'accord sur les termes, pour qu'il n'y ait pas des interprétations divergentes et qu'il n'y ait pas le risque toujours possible d'une rupture de l'accord signé », résume le directeur de l’Ifas François Géré.

    La centrale nucléaire de Bushehr en Iran. AFP / Atta Kenare

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.