GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nouveau report des négociations à Vienne sur le nucléaire iranien

    media La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a annoncé le report de la date butoir des négociations sur le nucléaire iranien, mardi 7 juillet 2015 à Vienne. REUTERS/Leonhard Foeger

    En théorie, les négociations entre les grandes puissances et l’Iran devaient se terminer ce mardi 7 juillet à minuit. Mais à Vienne, où se tiennent les négociations sur le nucléaire iranien, aucune date butoir n'a été communiquée. Selon un négociateur iranien, le texte de l'accord et les annexes sont presque finalisés.

    Avec notre envoyé spécial à Vienne,  Sami Boukhelifa

    Pour éviter tout nouvel embarras, il n'y a désormais plus d'échéance, aucune nouvelle date butoir n'a été arrêtée. Face aux caméras et aux micros, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini qui négocie au nom des grandes puissances, sont restés très évasifs, refusant d'entrer dans les détails quant à ce nouveau report. Une histoire d'heures, de jours, se dit-il sans plus de précisions.

    En revanche, on sait que parmi les points qui entravent l'accouchement d'un accord figure une demande bien précise : Téhéran réclame la levée de l'embargo sur la vente d'armes. La République islamique souhaite acquérir des missiles balistiques et pose sur la table cette exigence. La réponse des Etats-Unis ne s'est pas fait attendre : « non », répondent sèchement les Américains.

    Une question qui vient s'ajouter aux autres points de blocages et notamment le rythme de la levée des sanctions. Les Iraniens souhaiteraient, si accord il y a que les sanctions soient levées immédiatement, mais le groupe des «5+1» est plus réservée, il préfère opter pour une levée progressive.

    « Préoccupés par la qualité de l'accord »

    Mais la volonté générale est celle de réussir à tout prix. Les grandes puissances et l’Iran ont donc décidé de disputer une manche supplémentaire, encore une. Les négociateurs sont dos au mur. Dans ce dossier très complexe, chacun semble avoir atteint ses limites. Tous disent avoir fait des compromis et attendent du camp d’en face davantage de souplesse.

    Côté grandes puissances, Marie Harf, porte-parole de la délégation américaine, estime que « des progrès substantiels » ont été accomplis. Ajoutant : « Honnêtement, nous sommes davantage préoccupés par la qualité de l'accord que par le calendrier, même si nous savons que les décisions difficiles ne vont pas devenir plus faciles avec le temps. C'est pourquoi nous continuons de négocier. »

    Partisan d'une méthode qu'il qualifie lui-même de « fermeté constructive », le ministre français des Affaires étrangères l’a clairement affirmé : « La balle est dans le camp des Iraniens ». « C’est à eux », a dit Laurent Fabius, de prouver leur bonne volonté, d’œuvrer pour regagner la confiance de la communauté internationale. Evoquant les négociations,  le ministre évoque « des tensions », même si ces dernières continuent. « S'agissant de la France, nous insistons en particulier sur les limitations nécessaires en ce qui concerne la production nucléaire et la recherche. »

    Souveraineté

    Pour cela, l’Iran doit donc autoriser l’inspection de certains de ses sites soupçonnés d’avoir abrité un programme nucléaire à dimension militaire. Faux, rétorque Téhéran, qui refuse d’ouvrir les portes de ses installations militaires aux inspecteurs internationaux pour des questions de souveraineté nationale.

    Le chef de la diplomatie iranienne ne cesse de le répéter : « En politique comme dans la vie, vous ne pouvez pas gagner aux dépens des autres. » Pour obtenir un accord, tout le monde doit sortir gagnant de ces négociations, explique-t-il. Or, avec un lourd régime d’inspection, Téhéran se sent humilié.

    Après avoir été décalée à ce mardi 7 juillet minuit, l'échéance est à nouveau reportée... aux calendes grecques.

    Dans les prochaines heures, les prochains jours, nous utiliserons le temps dont nous disposons avec souplesse.

    Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne 07/07/2015 - par Sami Boukhelifa
    En marge des négociations internationales sur le nucléaire iranien à Vienne
    Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.