GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Iran: hausse alarmante des exécutions, près de 700 en six mois

    media Amnesty dénonce la hausse alarmante des exécutions en Iran. REUTERS/Morteza Nikoubazl

    Selon Amnesty International, depuis le début de l'année, en moyenne trois personnes sont exécutées chaque jour en Iran. Pour Mansoureh Mills, chercheuse pour l'ONG, ce bilan témoigne de la déliquescence de la justice iranienne.

    Amnesty International a dénoncé dans un nouveau rapport publié jeudi, une« frénésie d'exécutions »en Iran. Selon l'organisation de défense des droits de l'homme basée à Londres, « les autorités iraniennes ont exécuté 694 personnes entre le 1er janvier et le 15 juillet 2015 », un nombre sans précédent dans le pays.

    « Ce chiffre est absolument choquant et honteux. S'ils continuent à ce niveau-là, à la fin de l'année on arrivera à un total d'un millier de personnes exécutées », s'alarme Mansoureh Mills, chercheuse à Amnesty, interrogée par RFI.

    Ce pic « brosse un tableau sinistre de l'appareil de l’Etat qui commet des meurtres à grande échelle », ajoute Saïd Boumedouha, adjoint pour le programme d'Amnesty international pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

    Quelques minutes de procès

    Selon les observateurs, ce constat est d'autant plus alarmant que les peines de mort sont prononcées par une justice expéditive. « Certaines personnes ont été exécutées après un procès absolument injuste, qui n'a duré que quelques minutes ou quelques heures », précise Mansoureh Mills, qui assure que les « accusés n'ont généralement pas non plus droit à un avocat ».

    Amnesty affirme que les raisons de la hausse des exécutions en Iran en 2015 ne sont pas claires, mais la majorité des condamnés l'ont été pour des affaires de drogue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.