GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Bachar el-Assad: l'armée syrienne souffre d'un «manque d'effectifs»

    media Discours de Bachar el-Assad à Damas, le 26 juillet 2015. AFP PHOTO / SYRIAN PRESIDENCY

    Le président syrien a reconnu pour la première fois, dimanche 26 juillet 2015, que son armée souffrait d'un problème de sous-effectif. S'exprimant à Damas devant les représentants d'organisations populaires, syndicales et d'organismes économiques, Bachar el-Assad a privilégié l'option militaire pour régler la crise dans son pays.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    C'est le « manque d'effectifs » qui a contraint l'armée syrienne à abandonner certaines positions pour en conserver d'autres plus importantes, a expliqué Bachar el-Assad ce dimanche. L'armée ne peut pas se trouver dans chaque bout de territoire, a ajouté le président syrien, qui a cependant assuré que ses troupes étaient capables de « vaincre », dans la guerre contre les rebelles, surtout lorsque les habitants portent les armes à leurs côtés. « Cela s'est produit dans certaines régions et l'impact a été décisif dans la bataille », a-t-il souligné.

    Malgré ce constat réaliste sur les difficultés rencontrées par son armée, Bachar el-Assad pense que la solution militaire est la seule issue possible à la crise. Avec le terrorisme, « il n'y a pas de solution politique, c'est l'option militaire qui prime », a-t-il déclaré.

    Dans ce contexte, le président syrien a dénoncé les Etats occidentaux et certains pays voisins, qui soutiennent, selon lui, les groupes qu'il a qualifiés de « terroristes ». Ceux qui répandent ce terrorisme ne sont pas habilités à le combattre. Et ce n'est pas avec des avions ou des missiles, comme ceux de la coalition, que l'on pourra vaincre ce mal, mais à travers des initiatives fermes et sérieuses, a-t-il ajouté. Au passage, il a accusé les Occidentaux de vouloir contenir les groupes terroristes et non pas les détruire.

    → À relire : Bachar el-Assad décrète une amnistie pour les déserteurs

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.