GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Un bébé palestinien tué dans un incendie attribué à des colons

    media Un soldat israélien devant la maison incendiée par des extrémistes juifs présumés où un enfant palestinien de 18 mois a été tué ce vendredi 31 juillet. REUTERS/Abed Omar Qusini

    Un enfant palestinien de 18 mois a été tué et ses parents blessés dans l’incendie de leur maison en Cisjordanie. La police privilégie la piste des extrémistes juifs après avoir découvert le slogan « prix à payer » inscrit sur l’un des murs de la maison incendiée. Le ministre israélien de la Défense a immédiatement condamné cet « acte terroriste ».

    L’incendie s’est déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi alors que la famille dormait, dans le village de Kafr Douma, près de Naplouse en Cisjordanie occupée. Un enfant de 18 mois a péri dans les flammes. Ses deux parents et un autre enfant ont été blessés et évacués dans un hôpital israélien. 

    Selon les forces de sécurité palestiniennes, quatre colons israéliens ont pénétré dans le village dans la nuit et mis le feu à plusieurs maisons, dont celle où l'enfant a péri, située près de l’entrée du village. Luba Samri, porte-parole de la police, a précisé que le slogan « prix à payer » (« Tag Mehir » en hébreu) avait été inscrit sur l’un des murs. Un slogan habituellement utilisé par les extrémistes juifs. « Nous pensons que cette attaque a des motivations nationalistes », a déclaré la porte-parole de la police.

    L'armée israélienne confirme ce vendredi midi avoir vu sur les murs de deux maisons du village de Duma, au nord-est de Ramallah, des inscriptions en hébreux, rapporte notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert. Une enquête a été ouverte et les soldats israéliens se sont mis à la recherche des coupables.

    L'OLP juge le gouvernement israélien « entièrement responsable »

    « Le meurtre du bébé palestinien est un acte terroriste [...] nous ne permettrons pas à des terroristes de porter atteinte à la vie de Palestiniens », a déclaré le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, dans un communiqué publié quelques heures après l’attaque.

    Les forces de sécurité israéliennes ont été envoyées dans le village de Kafr Douma pour enquêter sur cette attaque et « pour localiser les auteurs », a affirmé un responsable militaire israélien et le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a assuré leur avoir demandé « d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour arrêter les meurtriers et les traduire en justice ». Le chef du gouvernement israélien a réuni les responsables sécuritaire et à promis de tenir au courant ses homologues palestiniens.

    Mais, pour l’OLP, le gouvernement israélien est « entièrement responsable » du drame. L’attaque est « la conséquence directe » de la politique du gouvernement israélien, selon Saëb Erakat, numéro 2 de l’Organisation de libération de la Palestine, qui juge que l’« on ne peut dissocier cette attaque barbare » d’un « gouvernement qui représente une coalition pour la colonisation et l’apartheid ». Et de rajouter : « Le gouvernement israélien a encouragé par ses propos ces actes anti-palestiniens. Ce gouvernement est un gouvernement de colons, qui a été mis en place pour servir les objectifs des colons. La communauté internationale doit se réveiller et agir sans se voiler la face. Nous tenons le gouvernement israélien responsable de ce nouveau crime conséquence de l'occupation. »

    L'un des slogans en hébreu inscrits par les auteurs de l'incendie criminel qui a coûté la vie à un bébé palestinien de 18 mois: «Revanche». REUTERS/Abed Omar Qusini

    Les groupes extrémistes israéliens s'en prennent régulièrement à des Palestiniens, Arabes israéliens ou militants pacifistes israéliens, s'attaquant également à des lieux de culte musulmans et chrétiens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.