GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Selon l'agence Bloomberg, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a convenu, lors d'une réunion à Alger, de réduire sa production à 32,5 millions de barils par jour, soit 750000 de moins qu'en août. L'Opep fournit environ 40% de l'offre mondiale de brut.

    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Journée de colère en Cisjordanie après la mort d’un bébé palestinien

    media Le corps du petit Ali Dawabsheh, mort dans l'incendie de sa maison à Douma, en Cisjordanie, transporté par la foule lors de ses funérailles, vendredi 31 juillet 2015. REUTERS/Abed Omar Qusini

    Un bébé de 18 mois est mort et ses parents blessés dans l’incendie de leur maison à Douma, en Cisjordanie, dans la nuit de jeudi à vendredi. L’attaque est attribuée à des colons israéliens. Ce vendredi soir, le village peine à se remettre de ce drame.

    Sur le sol brûlé de la maison de Douma, on devine les restes d’un canapé et d’un lit. Il ne reste que les murs du logement de la famille palestinienne, raconte le correspondant de RFI dans les Territoires palestiniens, Nicolas Ropert. Anwar Dawabsha habite juste derrière. Il est l'un des premiers villageois à être arrivés sur place. Ce soir, il peine à exprimer ses sentiments. « On ne sait plus quoi penser maintenant. Tout le monde ici est perdu. C'est un mélange entre une grande tristesse et une immense colère. C'est un étrange mélange... Ces colons sont des criminels. Ils ne font pas partie de l'espèce humaine, selon moi. Ce sont des animaux, pas des humains », lâche-t-il.

    Des graffitis en hébreu appelant à la vengeance sont encore visibles sur la façade des deux maisons parties en fumée. Mais si pour Hayat Dawabsha, une étudiante, la piste d'extrémistes juifs ne fait aucun doute, elle ne croit pas que les coupables seront un jour condamnés. « Israël aime nous voir blessés. Ils aiment voir que nous souffrons et ils espèrent que nous allons disparaître. C'est comme s'ils voulaient nous enlever nos sentiments. Je ne crois pas à la promesse des arrestations des coupables. Je ne peux pas y croire, c'est une promesse en l'air », affirme-t-elle.

    Cette colère, beaucoup la partagent dans les Territoires palestiniens. Dans un communiqué diffusé ce vendredi matin, le Hamas avait prévenu : dorénavant « tout Israélien devient une cible légitime ». Le parti islamiste et le mouvement du Jihad islamique palestinien avaient appelé à une journée de la colère. Des manifestations ont ainsi eu lieu un peu partout en Cisjordanie. Plusieurs Palestiniens ont été blessés dans des affrontements avec l'armée israélienne.

    Netanyahu condamne un « crime terroriste »

    Benyamin Netanyahu s'est rendu à Tel-Aviv au chevet d'Ahmed Dawabcheh, âgé de quatre ans et grièvement brûlé au cours de l'attaque. « Je me demande pourquoi cet acte horrible. Nous sommes horrifiés et tout le gouvernement et tous les Israéliens condamnent cette attaque. C'est un crime terroriste. Le terrorisme est du terrorisme. Nous devons lutter qu'elle qu'en soit l'origine. Nous capturerons ces assassins en utilisant tous les moyens à notre disposition et nous les traduirons en justice », a promis le Premier ministre israélien.

    Le président israélien Réouven Rivlin et de nombreuses autres personnalités de la classe politique israélienne se sont également rendu à l'hôpital, rapporte le correspondant de RFI à Jérusalem, Michel Paul. La condamnation de l'attaque est unanime. De nombreuses voix s'élèvent aussi pour que des mesures soient prises contre les extrémistes juifs qui agissent dans une quasi-impunité.

    Plus tôt, le Premier ministre israélien a téléphoné au président de l'Autorité palestinienne pour lui présenter ces condoléances. Il faut qu'ensemble nous luttions contre le terrorisme quel que soit son origine, a dit en substance Benyamin Netanyahu. Mahmoud Abbas avait fait savoir qu'il saisirait la Cour pénale internationale pour crime de guerre. Trop peu, mais surtout trop tard, estiment beaucoup de Palestiniens.

    Plusieurs milliers de soldats de l'Etat hébreu ont été déployés sur les routes de Cisjordanie, officiellement pour retrouver les coupables de Duma, mais aussi pour tenter d'empêcher des représailles palestiniennes contre les colons israéliens installés en Cisjordanie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.