GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'Egypte inaugure avec faste le nouveau canal de Suez

    media Sur ce cliché fournit aux médias par la présidence égyptienne, le président Sissi à bord du yacht qui avait transporté l'impératrice française Eugénie. AFP / HO / EGYPTIAN PRESIDENCY / MOHAMED ABDELMOATY

    A la tête d'une fastueuse parade navale et en présence de chefs d'Etat dont le français François Hollande, le président Abdel Fattah al-Sissi, qui dirige l'Egypte d'une main de fer, a inauguré jeudi l'élargissement du canal de Suez pour tenter de relancer une économie à genoux.

    « Les Egyptiens, en un an, ont eu le sentiment qu'ils pouvaient de nouveau avoir confiance » : c'est sous le signe de la fierté retrouvée, qu'Abdel Fattah al-Sissi a prononcé son discours d'inauguration, n'hésitant pas à qualifer le nouveau canal de Suez de « cadeau offert au monde » par les Egyptiens.

    Mais le chef de l'Etat a aussi choisi d'évoquer le terrorisme auquel son pays est confronté. Lorsqu'il fustige les organisations terroristes, Abdel Fattah al-Sissi parle « des gens du mal », sans dire à quel groupe il fait référence.

    Et selon le président égyptien, le nouveau canal de Suez n'a pas été creusé « dans des conditions normales ». Certains, dit-il, ont tenté de « ralentir » le chantier. « La guerre contre le terrorisme continuera et nous serons victorieux », a lancé Abdel Fattah al-Sissi.

    Une lutte contre le terrorisme que le clou du spectacle diurne n'a pas manqué de rappeller. Puisqu'il s'agissait du passage en rase motte des Rafale égyptiens récemment livrés par la France, tout comme la frégate Fremm, rappelle notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti.

    Des armes qui selon le président français serviront à combattre le terrorisme qui frappe la région en général et l'Egypte en particulier. Un combat qui se terminera par la victoire de l'Egypte, comme l'a souligné la symbolique de l'opéra d'Aïda joué dans la soirée.

    Un opéra commandé par l'Egypte à Verdi pour l'inauguration du premier canal de Suez en 1869 et qui commence par cet hymne à la gloire du pays des Pharaons et à la victoire de son armée.


    Pari tenu en un an pour Abdel Fattah al-Sissi

    Ouvert en 1869, le canal de Suez relie la mer Rouge et la mer Méditerranée. C'est l'une des routes essentielles du commerce mondial et une source précieuse de devises pour l'Egypte, qui cherche à relancer une économie en crise depuis la révolte de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir.

    Dans son uniforme de maréchal à la retraite, Abdel Fattah al-Sissi a embarqué en début d'après-midi à Ismaïlia, dans le nord-est, pour conduire la parade à bord d'un élégant yacht qui avait transporté l'impératrice française Eugénie, l'épouse de Napoléon III, lors de l'inauguration du canal en 1869.

    Il était suivi par la frégate multimissions FREMM achetée à la France, tandis que les trois premiers avions de combat français Rafale commandés à Paris et huit F16 récemment livrés par le grand allié américain ont participé à un défilé aérien.

    « Invité d'honneur » de la cérémonie, François Hollande s'est assis au côté de son homologue égyptien qui avait revêtu un costume civil pour recevoir ses homologues étrangers. L'émir du Koweït, le président palestinien Mahmoud Abbas, le roi Abdallah II de Jordanie, les présidents yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi et soudanais Omar el-Béchir étaient notamment présent.

    L'élargissement du canal représente l'un des travaux phares du président Sissi qui avait lancé en grande pompe ce projet comprenant l'ouverture d'une nouvelle voie doublant, sur 35 km, le célèbre canal long de 193 km, et l'élargissement et l'approfondissement d'un tronçon sur 37 autres kilomètres. Le président égyptien avait donné un an pour réaliser ce projet. Pari tenu, grâce à une souscription de quelque 9 milliards de dollars qui a attiré de nombreux Egyptiens.

    La nouvelle voie doit permettre de doubler le trafic à l'horizon 2023, assure le Caire, promettant quelque 97 navires par jour sur le canal contre 49 actuellement. La nouvelle artère permettra la circulation dans les deux sens, réduisant de 18 à 11 heures l'attente des bateaux, et doit faire passer les revenus du canal de 5,3 milliards de dollars (environ 4,7 milliards d'euros) attendus en 2015 à 13,2 milliards de dollars (11,7 milliards d'euros) en 2023, selon les autorités.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.