GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: l'ONU charge des experts d'enquêter sur les attaques au chlore

    media Les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU, dont la Russie, ont adopté à l'unanimité une résolution pour enquêter sur l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien. REUTERS/Lucas Jackson

    L'armée syrienne a-t-elle mené des attaques chimiques ? Une question à laquelle tentera de répondre une délégation d'experts formée par les Nations unies. La décision a été prise à l'unanimité vendredi par le Conseil de sécurité. Une unanimité inhabituelle puisque parmi les quinze membres du Conseil figure la Russie, fidèle alliée du régime syrien. Moscou maintient d'ailleurs qu'il n'existe pour l'instant aucune preuve irréfutable de la culpabilité du régime de Bachar el-Assad.

    Une mission sera formée d'ici 20 jours pour définir si oui ou non le régime de Bachar el-Assad a mené des attaques chimiques au chlore en Syrie. Un premier rapport sera rendu d'ici trois mois par ces experts qui viennent des Nations unies et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. En tout, la mission durera un an avec possibilité de renouvellement.

    Mais le secrétaire général de l'ONU a prévenu : l'enquête risque d'être « extrêmement difficile » dans un pays en guerre. Et puis, même s'il est prouvé que le régime syrien a utilisé du gaz de chlore comme l'affirme Washington, Londres et Paris, Moscou, qui fait partie du Conseil de sécurité, pourra toujours contester le rapport des experts ou s'opposer à la prolongation de la mission.

    Pour l'heure, l'adoption de cette résolution donne une image d'unité à un Conseil de sécurité habituellement divisé sur la crise syrienne. La Russie a bloqué quatre résolutions occidentales depuis le début du conflit. L'ambassadrice américaine, Samantha Power, a espéré que « cette unité permette de trouver d'urgence une solution politique ». Une déclaration de soutien au nouveau plan de paix proposé par le médiateur de l'ONU en Syrie est actuellement en discussion au Conseil de sécurité. Selon l'ambassadeur russe, cette déclaration sera « très probablement » adoptée au début de la semaine prochaine. Il s'agirait du premier document exclusivement politique adopté par consensus sur la crise syrienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.