GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Un jihadiste français sur sept meurt chaque mois en Syrie

    media Maxime Hauchard, un des 910 Français partis accomplir le jihad en Syrie, est montré sur cette capture d'écran d'une vidéo de propagande. DR

    Près de 1 000 Français sont partis combattre en Syrie depuis le début du conflit. Ils sont 910 précisément, selon le ministère de l'Intérieur, qui souligne que de plus en plus de jihadistes français meurent durant leur séjour sur place.

    Ils sont 50 Français depuis le début de l'année à avoir perdu la vie en Syrie, où ils étaient partis combattre aux côtés de l'organisation Etat islamique. C'est autant que pour toute l'année 2014. Cela représente sur un an une augmentation de 280 %, alors que le nombre de Français sur place n'a progressé, lui, que de 44 %. Sept jihadistes français meurent chaque mois en Syrie, soit un taux de mortalité d'un sur sept.

    En cause, les combats entre groupes rebelles et entre jihadistes, qui sont de plus en plus violents depuis 2013. Mais aussi la participation très forte de Français contre les Kurdes, notamment lors de la bataille de Kobane, très meurtrière pour l'organisation Etat islamique.

    Sur 16 adolescents, 5 au moins ont été tués

    Selon ces chiffres du ministère de l'Intérieur diffusés par le journal Le Monde, 910 Français sont partis vers ce jihad depuis 2012 et 494 sont toujours sur place actuellement. Parmi eux 290, souvent déçus, ont fait le choix de quitter la Syrie et 223 sont aujourd'hui de retour en France.

    Mais d'autres ne rentreront pas : 126 ont été tués. Dans leur grande majorité, ces victimes que le groupe EI présente comme des « martyrs » sont des hommes, les femmes ne combattant pas. Une seule des 158 Françaises parties combattre aurait perdu la vie, mais elle aurait succombé à une maladie. Les mineurs paient également un lourd tribut. Sur les 16 adolescents qui ont rejoint les rangs de l'organisation, 5, au moins, ont été tués.

    Frappes de la coalition et attentats-suicides

    Depuis août dernier, de plus en plus de Français meurent dans des frappes de la coalition. De plus en plus meurent aussi dans des opérations-suicides. Sur les 11 attaques-suicides de Français, 11 ont été menées cette année, la moitié par des convertis, qui représentent près d'un quart de l'effectif global des jihadistes français.

    Alors, pourquoi les Français sont-ils particulièrement touchés ? Selon le ministère, c'est d'abord parce que la France est une cible privilégiée de la propagande de l'organisation terroriste. La France, pays d'Europe qui compte le plus grand nombre de musulmans. Mais c'est aussi parce que les Français grimpent dans l'organigramme du mouvement terroriste, et qu'ils sont de plus en plus nombreux à partir au front plutôt qu'être cantonnés à des tâches subalternes, moins dangereuses.

    → À RELIRE : France : comment gérer le retour des candidats au jihad ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.