GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn entendu au Japon sur des soupçons de dissimulation de revenus au fisc (médias)
    • Israël: un ministre clé reste au gouvernement, éloignant la probabilité d'élections
    • Le Cambodge n'autorisera aucune base militaire étrangère sur son sol (Premier ministre Hun Sen)
    • France: de nouveaux rassemblements de «gilets jaunes», opérations escargots et dépôts pétroliers bloqués ce lundi
    Moyen-Orient

    Info RFI: des centaines de soldats turcs déployés en Syrie

    media Des centaines de soldats turcs se seraient joints aux brigades turkmènes présentes dans le nord de la Syrie. Ici, les soldats turkmènes dans le nord de l'Irak. MARWAN IBRAHIM / AFP

    Cela fait bientôt trois semaines que la Turquie a lancé son offensive anti-terroriste et ses raids ne sont pas près de s'arrêter. Le président turc a en effet promis mardi 11 août de poursuivre les bombardements « jusqu'à ce qu'il ne reste aucun terroriste ». Recep Tayyip Erdogan s'exprimait mardi 11 août lors d'un discours télévisé. Cette offensive vise aussi bien les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Syrie que les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) retranchés en Irak. Selon nos informations, des soldats turcs se seraient joints à des combattants turkmènes équipés et entraînés depuis quelques semaines par Ankara pour préparer l’établissement d’une zone de sécurité au nord d’Alep en Syrie. Selon le porte-parole de cette brigade turkmène, jusqu’à 600 soldats turcs pourraient être actuellement déployés en Syrie. Ce 12 août en fin de matinée, les autorités turques ont cependant démenti toute intervention.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Jérôme Bastion

    Ankara et Washington s'étaient mis d'accord pour bombarder les positions du groupe Etat islamique et instaurer une zone de sécurité au nord de la Syrie. Pour autant, il n’était pas question de troupes au sol ni pour l’armée turque, ni encore moins pour l’armée américaine.

    Mais voilà que mardi 11 août, le Premier ministre Ahmet Davutoglu dit envisager cette option, au cas où la Turquie serait menacée par l'organisation Etat islamique ou les forces du régime de Bachar el-Assad. Mais « s’il y a suffisamment de forces rebelles modérées, cela ne serait pas nécessaire », a-t-il déclaré. Or, il est possible d’affirmer désormais qu’un certain nombre de militaires turcs a déjà, depuis lundi 10 août au soir, pris position sur le territoire syrien aux côtés de ces rebelles parrainés par Ankara.

    Contacté mardi 11 août par téléphone, un officier du groupe Ahrar al-Sham, allié d’Ankara, explique avoir assisté lundi vers 17 h 00 à l’entrée en Syrie d’un groupe de combattants turkmènes venu de Turquie, qu’il estime à environ 300 hommes. Parmi eux, des soldats turcs dont il ne peut donner le nombre exact. « Ils sont entrés lundi soir avec une quinzaine de chars, raconte-t-il, précisant que ces troupes sont cantonnées tout près de la petite ville d’Azaz ».

    Brigades turkmènes

    Les deux brigades turkmènes qui ont fait leur entrée en Syrie par le poste frontière de Bab-el-Salame/Öncüpinar, face à la ville turque de Kilis, sont baptisées « Sultan Murat » et « Fatih Sultan Mehmet », du nom de deux empereurs ottomans. Elles constituent l’avant-garde d’une unité turkmène de quelque 5 000 hommes nommée « Armée de la Révolution » — Devrim Ordusu —, portée sur les fonds baptismaux fin juillet par Ankara qui lui fournit son équipement.

    Tout indique qu’Ankara leur fournit également un contingent d’instructeurs militaires. Selon le porte-parole de cette Armée de la Révolution, Ahmed Hisso, interrogé par l’agence Sputnik, le nombre total de militaires turcs déployés en Syrie serait de 600, chiffre qui n’a pu à cette heure être confirmé. A noter que ce 12 août en fin de matinée, les autorités turques ont cependant démenti toute intervention en territoire syrien.

    D'autres témoignages font état du passage de bus décorés de drapeaux turcs transportant des soldats, et de mitrailleuses lourdes montées sur des pickups. Une source affirme même qu'une de ces brigades se bat « depuis plusieurs jours dans les faubourgs d'Alep contre l'Armée du régime de Bachar el-Assad ».

    Ce dernier revirement de taille survient alors que le Front al-Nosra — la branche d'al-Qaïda en Syrie — a annoncé son retrait de la « zone de sécurité » au nord d'Alep, et que l'Etat islamique a fait son retour en prenant la ville de Marea, à quelques kilomètres d'Azzaz.

    « Un terroriste reste un terroriste »

    Le président Erdogan ne s’est pas peu vanté de jouer son rôle en tant que chef de l’Etat, de commandant en chef des forces armées, alors qu’il participait à une remise de médaille au chef d’Etat-major sortant. Il ne s’est d'ailleurs pas départi de son discours guerrier ni de cette ambiguïté qu’entretient la Turquie depuis des mois vis-à-vis de l'organisation Etat islamique.

    Pour lui, « un terroriste reste un terroriste », et il n’y a pas de bon ou de mauvais terrorisme, ni de terrorisme islamiste. « Nous ne faisons pas de différence entre les terrorismes qui doivent tous être combattus », a-t-il déclaré, mettant dans le même sac les jihadistes et la rébellion kurde du PKK, l’extrême gauche du DHKP-C et même la confrérie Gülen qu’il accuse de complot.

    Le président turc aurait pourtant pu préciser « surtout les Kurdes », puisqu’il a concentré ses attaques contre le PKK et le parti pro-kurde HDP, promettant de poursuivre la répression jusqu’à la disparition du dernier terroriste et jusqu’à ce que du béton soit coulé sur les armes de la rébellion. Le processus de paix est gelé, a-t-il encore précisé, sans évoquer d’un seul mot le danger représenté par le groupe Etat islamique, en Turquie ou en Syrie.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis mardi 11 août de poursuivre les bombardements «jusqu'à ce qu'il ne reste aucun terroriste». Ici, en visite à Jakarta le 31 juillet 2015. REUTERS/Darren Whiteside

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.