GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Juin
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Aujourd'hui
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'otage américaine Kayla Mueller avait été violée par le chef de l'EI

    media Kayla Mueller, 26 ans, dans une photo non datée. REUTERS/Mueller Family/Handout via Reuters

    Kayla Mueller, otage américaine décédée alors qu’elle était aux mains des terroristes du groupe Etat islamique, a été torturée et violée par al-Baghdadi durant sa captivité. Capturée en août 2013 en Syrie près d’Alep, on a appris sa mort en février 2015. Les parents de la jeune travailleuse humanitaire font ces révélations dans la presse américaine. La mère de Kayla Mueller souhaite « que le monde sache la vérité ».

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    Trois mois après la mort de Kayla Mueller dans un bombardement dont on ne connait pas encore les circonstances exactes, les Américains ont lancé des raids aériens contre son lieu de captivité en Syrie. L’objectif était de capturer Abu Sayyaf, considéré comme le « ministre des Finances » des terroristes de l’Etat islamique. L’homme est mort dans l’opération, mais son épouse a été capturée, et une otage Yézidi, a été rendue à la liberté.

    D’après nos confrères du Washington Post, ce sont ces deux femmes, interrogées par les services de renseignements américains, qui ont raconté le calvaire subi par Kayla Mueller. Des viols répétés, commis par Abou Bakr Al-Baghdadi, chef autoproclamé de l’organisation terroriste. Le FBI a informé la famille de l’otage décédée.

    Ces révélations confirment les témoignages recueillis par les organisations humanitaires, (comme Human Rights Watch) qui ont documenté ces crimes, commis parfois contre des enfants. Les terroristes de l’organisation Etat islamique utilisent le viol comme arme de guerre, comme l'a encore montré une toute récente enquête du New York Times. Un acte que les Nations unies ont qualifié de crime contre l’humanité, et crime constitutif de génocide, par une résolution votée en 2008.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.