GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cour suprême: l'accusatrice du candidat de Trump accepte de témoigner devant le Sénat (médias)
    Moyen-Orient

    Syrie: l’EI décapite l’ancien directeur des Antiquités de Palmyre

    media Les jihadistes du groupe Etat islamique ont pris leurs quartiers dans la ville de Palmyre et sa cité antique, massacrant des centaines de personnes, en mai dernier. REUTERS/Mohamed Azakir

    L'organisation Etat islamique a décapité l'ancien directeur des Antiquités de la cité antique de Palmyre, dans le centre de la Syrie. Après avoir détruit plusieurs sites antiques en Irak, le groupe extrémiste sévit maintenant en Syrie.

    L'histoire préislamique doit être effacée, les sites archéologiques ou les objets incitant à l'idolâtrie doivent être détruits et les personnes qui en font la promotion doivent être punies… Accusé par un tribunal religieux de tous ces maux, l'ancien directeur des Antiquités de la cité antique de Palmyre, Khaled al-Assaad, a été décapité devant des dizaines de personnes.

    Une pancarte l'identifiant comme un partisan du régime pour avoir représenté la Syrie à des conférences à l'étranger, a été accrochée à sa dépouille. Comble du cynisme, son corps a été pendu à une colonne antique de Palmyre, dont il avait lui-même supervisé la restauration, rapporte le correspondant de RFI à Beyrouth, Paul Khalifeh.

    Considéré comme l'un des plus éminents experts du monde antique, Khaled al-Assaad était à la retraite depuis plus de quinze ans. Il avait refusé de quitter Palmyre après la prise de la ville par les jihadistes, en mai dernier. Il pensait, sans doute, que son âge avancé le protègerait des représailles des extrémistes.

    Symbole

    Mais pour servir sa vision ultrarigoriste de l'islam, le groupe Etat islamique n'a pas hésité à assassiner – en public – cet érudit de 82 ans. « C’est un symbole pour les autres chercheurs, pour les Palmyréniens, pour sa famille qui représente une immense tribu, pour les Syriens, un symbole de terreur pour tout le monde, s'inquiète Michel al-Maqdisi. Actuellement chef de projet au département des Antiquités orientales du Musée du Louvre et ancien directeur des études archéologiques de la Syrie, il a participé à la dernière campagne de fouille sur le site de Palmyre en août et en septembre 2011, un travail pour lequel il collaborait depuis 1979 avec Kaled al-Assaad. Si jamais une tête se lève ou si jamais il y a des hommes scientifiques qui ont des valeurs, on va les tuer devant tout le monde. C’est un symbole pour terroriser tout le monde ».

    « Pour nous, professionnels des musées, c’est un acte qui est effectivement surtout représentatif de l’atteinte que l’on peut faire à notre connaissance », confirme Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, directrice générale de l'ICOM, le conseil international des musées. « Nos collègues veulent travailler à la connaissance, à la sauvegarde et à la culture, et ils ont en face des personnes qui veulent éteindre, éradiquer ces connaissances. Nous sommes extraordinairement inquiets, parce qu’au-delà de notre collègue Kaled al-Assaad, c’est beaucoup d’autres collègues qui sont en danger », confie-t-elle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.