GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Kurdistan irakien: crise autour de la succession du président Barzani

    media Massoud Barzani, le chef du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et président du Kurdistan irakien, à Dohuk, dans le nord de l'Irak, le 3 août 2015. REUTERS/Ari Jalal

    Le mandat du président du Kurdistan irakien Massoud Barzani a expiré ce jeudi, plongeant cette région autonome du nord de l'Irak dans une crise juridique et politique que les dirigeants tentent de régler.

    Massoud Barzani, le chef du Parti démocratique du Kurdistan (PDK), préside le Kurdistan irakien depuis dix ans. Il a été élu par le Parlement régional en 2005 puis au suffrage universel en 2009 pour quatre autres années.

    La loi ne prévoit que deux mandats pour le président du Kurdistan irakien. En 2013, les partis kurdes avaient décidé d'un commun accord de reconduire dans ses fonctions Massoud Barzani jusqu'en 2015. Ce dernier voudrait voir son mandat reconduit encore une fois, mais les autres partis kurdes ne l'entendent pas de cette oreille. C'est donc une véritable crise politique et juridique qui est ouverte.

    Faute de solution, le chef du Parlement pourrait théoriquement assurer l'intérim pour une période de deux mois jusqu'à la tenue d'élections. Mais cette éventualité provoque la colère de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), l'éternel rival du PDK de Massoud Barzani. L'ensemble des partis kurdes se réunit ce jeudi pour tenter de trouver un accord.

    Massoud Barzani, 68 ans, et son clan détiennent des fonctions-clés au sein du pouvoir, qui leur permettent de contrôler notamment les services de renseignement et les principaux médias. Et rien ne dit que le clan Barzani acceptera facilement de s'en défaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.