GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Iran: le Royaume-Uni a de nouveau une ambassade à Téhéran

    media Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond (à droite), devant l'ambassade de son pays à Téhéran, le jour de sa réouverture, le 23 août 2015. REUTERS/Darren Staples

    Le chef de la diplomatie du Royaume-Uni Philip Hammond a rouvert, ce dimanche 23 août 2015, l'ambassade de son pays à Téhéran, la capitale de la République islamique d'Iran. La représentation britannique avait été fermée depuis près de quatre ans, après avoir été saccagée par des militants islamistes.

    Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

    Ce dimanche, Philip Hammond est entré à la mi-journée dans l'enceinte de l'ambassade britannique, dans le centre de Téhéran, pour une petite cérémonie. Le drapeau britannique a été hissé officiellement. De nombreux journalistes iraniens et étrangers, ainsi que de simples badauds, étaient rassemblés à l'extérieur de l'ambassade, protégés par un important déploiement de la police anti-émeute pour prévenir toute manifestation hostile.

    « C'est un moment historique dans les relations entre l'Iran et le Royaume-Uni », a écrit Philip Hammond sur son compte Twitter. De son côté, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, qui n'a pas assisté à la cérémonie, a affirmé que les le Royaume-Uni et pays européens reconnaissent désormais le rôle positif et constructif de l'Iran dans la région, même s'il y a toujours des désaccords sur certaines questions.

    Philip Hammond vient à Téhéran après la visite de Laurent Fabius et d'autres responsables européens. Après l'accord nucléaire conclu avec les grandes puissances à la mi-juillet, les pays européens veulent revenir avec force en Iran, pays possédant un important marché de près de 80 millions d'habitants. De son côté, Téhéran a également besoin d'investissements étrangers pour relancer son économie.


    Le retour complet à la normale prendra du temps

    Avec notre correspondant à Londres,  Eric Albert

    Malgré les sourires et les cordialités, les cérémonies d’ouverture des ambassades du Royaume-Uni en Iran et d’Iran au Royaume-Uni n’ont guère caché les tensions qui demeurent. Philip Hammond, le ministre britannique des Affaires étrangères, le reconnaît. Il parle d’un « grand déficit de confiance » entre les deux pays.

    Il faut dire que leur histoire est chargée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a occupé l’Iran, en parallèle des troupes russes. Ensuite, à partir de la révolution iranienne de 1979, les relations diplomatiques ont été suspendues très régulièrement. Elles ont repris une première fois en 1988, pour être suspendues après l’appel à la fatwa contre Salmand Rushdie, qui vivait au Royaume-Uni.

    Dix ans plus tard, en 1998, les ambassades ont réouvert, et pendant presque quinze ans, les relations se sont doucement normalisées. Mais en 2011, l’ambassade britannique à Téhéran a été mise à sac par des manifestants qui protestaient contre les sanctions financières imposées par le Royaume-Uni contre l'Iran. Et les relations diplomatiques ont été suspendues une troisième fois en moins de quarante ans.

    «L'ambassade britannique à Téhéran a été rouverte le 23 août 2015», peut-on lire sur cette plaque. REUTERS/Darren Staples

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.