GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 25 Octobre
Vendredi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël libère près de 1200 migrants africains

    media A l'extérieur du centre de rétention de Holot, dans le désert du Neguev, des centaines de clandestins africains libérés par Israël s'apprêtent à prendre le bus. Murielle Paradon / RFI

    Israël doit libérer ce mercredi 26 août 600 clandestins africains en détention, après une première vague de 600 personnes lundi. La Cour suprême israélienne a ordonné à l’Etat de relâcher ceux qui ont passé plus d'un an en centre de rétention, jugeant la situation intenable. Mais les migrants restent dans une situation précaire. Ils ne peuvent pas aller où ils veulent. RFI les a rencontrés à leur sortie du centre de rétention de Holot, dans le sud d’Israël.

    Avec notre envoyée spéciale dans le sud d'Israël,  Murielle Paradon

    Des centaines de migrants africains quittent le centre de rétention semi-ouvert de Holot, dans le sud d’Israël. Nous sommes en plein désert du Néguev, au milieu de nulle part, à quelques kilomètres de la frontière égyptienne. La chaleur est écrasante. Ces clandestins, tout juste libérés, attendent longuement, avec leurs valises, qu’un bus les emmène dans une ville voisine. Hagard, ils se demandant où ils vont passer la nuit.

    Les Israéliens ont interdit aux clandestins d’aller dans certaines villes du pays, où les migrants sont déjà très nombreux. C'est le cas à Tel Aviv et Eilat, où la présence d'une forte communauté d’immigrés a conduit à des tensions avec la population israélienne. « Je ne suis pas content. J’ai passé vingt mois en prison, à ne rien faire. Et maintenant je ne sais pas où aller. Je n’ai pas le droit d’aller à Tel Aviv ou Eilat. Que faire ? C’est très difficile », confie Jafar, originaire du Soudan.

    Le problème, c’est que les migrants avaient leurs repères dans les villes où ils ont été décrétés persona non grata. Ils avaient leur communauté sur place ; ils partageaient un logement, avaient un petit boulot dans un hôtel ou un restaurant... D'où leur désarroi : ils ne savent vraiment plus où aller. Certains ont pris un bus pour Beer-Sheva, une grande ville plus au Nord, mais sans y avoir la moindre attache.

    D’autres voulaient tenter Arad, mais le maire a dépéché des policiers aux entrées de la ville pour empêcher l’arrivée de ces migrants. Ils devront donc trouver d'autres destinations, ou retourner dans leur pays d’origine, par exemple l'Erythrée ou le Soudan. Une solution inenvisageable pour le Soudanais Hussein, 43 ans - dont 15 passés en Israël. « J’avais des problèmes avec le gouvernement au Soudan. Je me suis enfui de prison. Je suis venu en Egypte et ensuite ici en Israël. C’était pour sauver ma peau », confie-t-il.

    Et puis, même si ces migrants trouvent un point de chute, va se poser rapidement la question de leur séjour en Israël. Ceux que nous avons rencontré ont obtenu un permis de deux mois pour rester sur le territoire. Que va-t-il se passer après ? S’ils n’obtiennent pas de papiers, le statut de réfugié étant difficile à obtenir, ils se retrouveront de nouveau dans l’illégalité, condamnés à errer et à se cacher pour ne pas être encore arrêtés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.