GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: les Etats-Unis éliminent J. Hussain, cyber-jihadiste de l’EI

    media Junaid Hussain a été tué dans une frappe militaire américaine le 24 août à Raqqa, le fief de l'organisation Etat islamique. Reuters/Stringer

    Selon le Pentagone, c'était « un responsable clef du groupe Etat islamique ». Washington a confirmé ce vendredi la mort du Britannique Junaid Hussain, en Syrie, tué mardi dernier par une frappe militaire américaine sur la ville syrienne de Raqqa. Une frappe qui le visait directement.

    Il était considéré comme l'un des principaux cyber-jihadistes de l'Etat islamique. En troisième position sur la liste des membres du groupe terroriste à abattre par les Etats-Unis.

    En 2012, Junaid Hussain a 19 ans. Il n'est pas encore jihadiste, mais déjà très bon pirate informatique. La mise en ligne d'informations personnelles de l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair lui vaut six mois de prison. Une fois sorti, Junaid Hussain rejoint le groupe Etat islamique en Syrie et publie des informations permettant d'identifier 1 300 militaires et employés gouvernementaux des Etats-Unis. Egalement, au printemps dernier, il donne une liste de cent noms de militaires américains à abattre.

    L'homme, également connu sous le nom de Abu Hussein Al Britani, était un des grands recruteurs de l’organisation Etat islamique. Sur les réseaux sociaux, il incitait les sympathisants du groupe à mener des attaques de type « loup solitaire ». Junaid Hussain serait également impliqué dans des affaires de piratages de comptes Twitter, comme celui du commandement militaire américain au Moyen-Orient.

    Enfin, son nom est cité dans l'attaque menée, il y a quatre mois, contre un festival de caricatures de Mahomet à Garland, au Texas. Il avait tweeté des mots d'encouragement aux assaillants peu après qu'ils ont ouvert le feu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.