GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: l'EI détruit trois tours funéraires antiques à Palmyre

    media Des images satellites confirment la destruction du temple de Bel seen en Syrie, l'ancien site de Palmyre. (Images du 27 et 31 août 2015) AFP PHOTO / UNITAR-UNOSAT

    Le groupe Etat islamique poursuit la destruction des vestiges antiques dans les territoires sous son contrôle. Vendredi 4 septembre, il a été confirmé qu’il avait détruit trois tours funéraires à Palmyre, « les mieux préservées et les plus belles », selon le directeur syrien des Antiquités, Maamoun Abdoulkarim.

    Trois tours funéraires construites entre les années 44 et 103 ont été détruites par les jihadistes du groupe EI. L’information a été confirmée par Maamoun Abdoulkarim, chef des Antiquités syriennes. Les célèbres tombeaux explosés sont ceux d’Elahbel (construit en l’an 103), de Jamblique et de Khitôt. Ils font partie des ruines de Palmyre inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

    Il s’agit des tours funéraires « les mieux préservées et les plus belles » du site, a indiqué Maamoun Abdoulkarim. « Nous avions reçu des rapports il y a dix jours. Mais nous venons de confirmer l’information [avec] des images satellitaires du Syrian Heritage Initiative […] prises le 2 septembre », explique le directeur syrien des Antiquités.

    « Caractéristiques de l’architecture de la ville », ces tours funéraires ont été « construit[e]s par des riches familles de l’antique Palmyre. [Elles] étaient le symbole de l’essor économique de la ville durant les premiers siècles après J.-C », ajoute Maamoun Abdoulkarim.

    « Crimes contre la culture »

    Depuis le 21 mai et la prise de Palmyre, située à 205 km à l’est de Damas, l'organisation Etat islamique  a détruit de nombreux vestiges antiques, dont deux des plus beaux temples de l’époque romaine.

    Dans les territoires sous son contrôle (nord de l’Irak et nord-est de la Syrie), l’EI a également attaqué les ruines des cités antiques de Hatra et Nimrud et saccagé le musée archéologique de Mossoul. Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, avait qualifié ces destructions de « crimes contre la culture » et de « crimes de guerre ».

    Les trois tours funéraires à Palmyre le 4 août 2010. Des images satellites confirment la destruction de tours funéraires par le groupe EI. REUTERS/Sandra Auger

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.