GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    France: l'Assemblée discute de la stratégie de la France en Syrie

    media Un «Rafale» de l'armée française part effectuer un vol de reconnaissance en Syrie, le 9 septembre 2015 AFP PHOTO / ECPAD

    Le président François Hollande a estimé lundi que la France devra mener des frappes aériennes contre le groupe Etat islamique en Syrie : « Nous avons annoncé des vols de reconnaissance permettant d'envisager des frappes si c'était nécessaire, et ce sera nécessaire en Syrie », a déclaré le chef de l'Etat. C'est ce mardi 15 septembre que s'ouvre la session extraordinaire parlementaire, avec au programme de l'Assemblée nationale, un débat de deux heures sur la Syrie et l'intervention française.

    C'était la principale annonce de François Hollande lors de sa conférence de presse le 7 septembre 2015: le débat sur l'engagement français en Syrie marque l'ouverture de la session extraordinaire du Parlement ce mardi, dans le but d'informer la représentation nationale, comme l'avait alors dit le président de la République. Et comme le prescrit aussi l'article 35 de la Constitution.

    Au programme, deux heures de discussion, sans vote donc. D'ailleurs, le déroulé des opérations est déjà à peu près arrêté : vols de reconnaissance - qui ont déjà commencé - puis des frappes éventuelles contre les positions du groupe Etat islamique.

    Quelle intervention au sol ?

    L'annonce de François Hollande a relancé le débat sur une potentielle intervention des troupes françaises au sol, en Syrie. Une idée inconséquente et irréaliste pour le président de la République. Une position que partage évidemment le chef du groupe PS à l'assemblée, Bruno le Roux, qui juge une intervention internationale nécessaire, mais sans la France.

    Du côté des Républicains, on plaide aussi pour l'envoi de troupes au sol, mais seulement par les puissances de la région. Déjà engagée sur d'autres théâtres d'opérations, la France n'aurait de toute façon pas les moyens d'une intervention massive.

    → À (RÉ)ÉCOUTER: Invité mi-journée: F. Hollande envisage des frappes aériennes contre les jihadistes

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.