GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Sur CBS News, Hassan Rohani vante le rapprochement irano-américain

    media Le président iranien Hassan Rohani, invité de Steve Kroft pour CBS News, dimanche 20 septembre 2015. Capture d'écran / CBSNews

    Le président iranien estime que le Parlement de son pays ratifiera l’accord sur le nucléaire signé à Vienne en juillet dernier. Hassan Rohani était, dimanche 20 septembre 2015, l’invité de la chaine CBS News pour l’émission « 60 minutes ». Un entretien enregistré à Téhéran, dans lequel le chef de l’Etat estime que les relations entre les Etats-Unis et l’Iran sont sur la bonne voie.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    « Lorsque les manifestants crient " mort à l’Amérique ", ce n’est pas un slogan contre le peuple américain. » C’est Hassan Rohani qui s’exprime, dans un entretien accordé à la chaîne CBS. C’est ironique, le président iranien emploie à peu de choses près le langage de la Maison Blanche : « De profonds désaccords demeurent avec Washington malgré l’accord signé » ; « la confiance ne sera pas rétablie avant longtemps », explique-t-il.

    Le président iranien fait ces déclarations avant de venir à New York, pour l’Assemblée générale de l’ONU, et à l’aube de la mise en œuvre de l’accord sur le nucléaire, qui vise à empêcher les Iraniens de construire une bombe. Enfin, Hassan Rohani ne souhaite pas parler d’échanges de prisonniers, mais il se déclare favorable, « pour des raisons humanitaires », à la libération des Américains détenus en Iran.

    Si Washington obtient la remise en liberté de ses quatre ressortissants, ce serait une excellente nouvelle pour la Maison Blanche, qui a eu du mal à convaincre son propre camp, le camp démocrate, de ne pas voter contre l’accord. Des réticences dues en grande partie au fait que la libération des prisonniers américains n’est pas mentionnée dans le texte signé à Vienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.