GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
Jeudi 27 Avril
Vendredi 28 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 30 Avril
Lundi 1 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Louant l'ex-candidat souverainiste pour son soutien et se disant «fière de cette alliance» pour «défendre main dans la main un projet commun» en vue du second tour, Marine Le Pen a déclaré ce samedi : «Présidente de la République, je nommerai Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre de la France». La candidate du Front national opposée à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle a fait cette annonce lors d'une déclaration à la presse en compagnie de son nouvel allié.

    Moyen-Orient

    Drapeau hissé à l'ONU: la cause palestinienne entre espoir et amertume

    media Le siège des Nations unies à New York. Getty Images

    Ce mercredi 30 septembre, le drapeau palestinien sera pour la première fois hissé devant le siège des Nations unies à New York. La Palestine est devenue en 2012 Etat observateur à l'ONU, mais il a fallu le vote d'une résolution mi-septembre pour autoriser son drapeau à flotter. Une victoire diplomatique pour les responsables palestiniens, mais qui est dénoncée par les représentants israéliens aux Nations unies. Dans les Territoires occupés, si certains se réjouissent de cette nouvelle étape vers une reconnaissance internationale, beaucoup d'habitants savent que cela ne changera pas leur quotidien.

    La guerre en Syrie, les agissements des groupes terroristes ou la crise des migrants préoccupent plus les chefs d'Etat présents à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU que la situation à Gaza ou en Cisjordanie, rapporte notre envoyée spéciale aux Etats-Unis, Anne Corpet, qui rappelle que la cause palestinienne, autrefois omniprésente, a quasiment été éclipsée de l'agenda de l'Assemblée générale cette année.

    Depuis près de 70 ans, la question palestinienne a pourtant fait l'objet de nombreuses résolutions à l'ONU, où elle avait été placée au cœur des débats. Mais bien peu ont été respectées, et de nombreux projets se sont heurtés au veto des Etats-Unis. Lors d'un discours très attendu à la tribune de l'Assemblée générale ce mercredi, le président de l'Autorité palestinienne devrait d'ailleurs profiter de l'occasion pour exhorter la communauté internationale à se remobiliser sur le sort de son peuple.

    Un moment de fierté pour Abbas

    Alors, jusqu'ici impuissantes à régler le conflit, les Nations unies ont donc néanmoins autorisé une mesure symbolique : la présence du drapeau palestinien devant leur siège. Une cérémonie est prévue ce mercredi dans les jardins de l'ONU, après le discours de M. Abbas, et en présence de ce dernier. On l'imagine : voir le drapeau rouge, noir, blanc et vert des Palestiniens flotter devant le bâtiment des Nations unies sera un moment d'émotion et de fierté pour le dirigeant palestinien. C'est ce qu'il a déclaré dans une tribune publiée aux Etats-Unis.

    Mais Mahmoud Abbas n'est pas le seul à insister sur l'importance de l'évènement. Entre autres, le ministre français des Affaires étrangères a lui-même tenu à assister au lever des couleurs palestiniennes. Il explique pourquoi : « Nous, la France, nous sommes résolus à ne pas baisser les bras. Nous considérons qu’il serait à la fois irresponsable et dangereux d’abandonner ce sujet comme s’il était distant dans l’agenda international. Nous ne pouvons laisser la solution de deux Etats se déliter sous nos yeux. »

    Satisfaction dans les Territoires ?

    Même si huit pays, dont les Etats-Unis, le Canada et l'Australie, ont voté contre la résolution autorisant la présence du drapeau palestinien devant le bâtiment de l'ONU, les Palestiniens peuvent à juste titre considérer que le lever de leurs couleurs à l'ONU est une nouvelle étape vers la reconnaissance internationale de leur Etat.

    Notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert, confirme d'ailleurs ce sentiment en citant un certain Abou Issah, jeune ingénieur palestinien, qui confiait mardi, en sortant de son bureau, sa joie et sa fierté de voir le drapeau palestinien ainsi flotter pour la première fois devant le siège new-yorkais de l'ONU. Il prévoyait même de regarder la cérémonie en direct à la télévision.

    « C'est une expérience très excitante, nous explique-t-il. J'ai vraiment hâte de voir ça ! J'espère qu'on va poursuivre dans ce sens parce que pouvoir hisser ce drapeau aux Nations unies, cela signifie que l'ONU nous considère de plus en plus comme un pays. C'est très positif. Peut-être qu'à la fin cela aura un impact bénéfique sur nos vies. »

    Les actes plutôt que le symbole

    Notre confrère a néanmoins interrogé d'autres Cisjordaniens sur leur sentiment. Car il serait réducteur de penser que tous les Palestiniens y voient un véritable évènement. Attablé dans un petit restaurant traditionnel de Ramallah, Eid Akraba est par exemple sceptique. Pour ce père de famille, le drapeau palestinien ne règle aucun problème. Il estime même que c'est un moyen pour les autorités palestiniennes de revendiquer une victoire qui n'existe pas.

    « Tout ça, c'est du vent, ce n'est rien, tranche-t-il. Si le président veut aller à Naplouse ou même à Bethléem, il doit toujours demander l'autorisation aux Israéliens. Nous vivons toujours sous occupation militaire. Ce n'est pas ça, la paix. C'est une mauvaise paix. » Comme beaucoup de Palestiniens, Eid attend ainsi des résultats plutôt que des paroles et des symboles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.