GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La France doit être «totalement impeccable» sur le droit d'asile, «ce qui n'est pas le cas» (Pascal Brice, directeur de l'Ofpra au JDD)
    • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
    • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
    • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
    • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord
    Moyen-Orient

    Paris ouvre une enquête pour crimes contre l'humanité visant Damas

    media César, au centre, capuche bleue sur la tête, lors d'une audition par la Chambre des représentants américaine. DR

    Le dossier syrien mobilise toujours les chancelleries occidentales. La Russie va présenter ce mercredi 30 septembre un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU, peut-être l'occasion de lever le flou sur l'idée de coalition élargie portée par Moscou. Dans le camp d'en face, l'Arabie saoudite rejoint la position américaine. Le chef de la diplomatie saoudienne le dit à son tour : Bachar el-Assad doit quitter le pouvoir sous peine d'en être chassé par la force. La France, elle, enfonce le clou avec l'ouverture d'une enquête pénale à Paris pour crimes contre l'humanité. Le parquet vise les exactions commises par le régime syrien et se fonde notamment sur l'affaire César.

    « César », c'est le pseudonyme donné un photographe syrien qui s'est enfui de son pays en juillet 2013. A ce moment-là, cela faisait 13 ans qu'il travaillait pour la police militaire syrienne et deux ans qu'il avait été plus spécifiquement affecté à la prise de photos, des corps de ceux qui étaient morts sous la torture dans la région de Damas, pour la police militaire syrienne.

    Dans sa fuite, César avait emporté des milliers de copies des photos qu'il réalisait. Il les sortait chaque soir en les cachant dans ses chaussures. Les images authentifiées par des experts montrent des corps décharnés, des visages aux yeux arrachés, des lésions sur les corps, des centaines de corps gisant dans un hangar.

    En tout, on estime que ces 55 000 photos rendent compte du calvaire de 11 000 personnes, de quoi fonder, donc, l'action du ministère français des Affaires étrangères qui a signalé les faits au procureur de Paris. C'est une obligation, au titre de l'article 40 du code de procédure pénale, quand on a connaissance d'un crime ou d'un délit.

    Le parquet a ainsi ouvert une enquête pénale pour crimes contre l'humanité il y a deux semaines. Une information apprise très opportunément alors que la Syrie se trouve au centre de tous les débats à l'ONU. Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a réagi en appelant à agir contre l'impunité des assassins.

    « Ce sont des documents épouvantables, a déclaré le ministre, nous avions essayé que le Conseil de sécurité saisisse la Cour pénale internationale, les Russes s’y étaient opposés à l’époque. D’où la décision du procureur en France, parce qu’il peut y avoir des victimes françaises parmi les gens torturés et tués. »

    Les autorités françaises présentent leur démarche sous un jour strictement juridique, mais, bien entendu, cette annonce intervient dans un contexte particulier : la France refuse de réintroduire Bachar el-Assad dans le jeu diplomatique, malgré les pressions exercées ces dernières semaines par la Russie ; et de ce point de vue, le rappel des atrocités commises par ce régime ne peut que conforter politiquement la position française.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.