GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Mai
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Aujourd'hui
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Des bombardements en Syrie sans coordination aérienne

    media Un avion de la coalition au-dessus de Kobane, en Syrie. REUTERS/Kai Pfaffenbach

    Le début des bombardements russes en Syrie « n'a pas altéré » les opérations menées par les Etats-Unis et leurs alliés dans le pays, a affirmé jeudi le colonel Steve Warren, un porte-parole de l'armée américaine à Bagdad. Pourtant le nombre croissant d'aéronefs menant des missions de guerre au-dessus de la Syrie pourrait poser problème si les raids s'intensifient. Pour l'heure, la coalition et les Russes semblent frapper des cibles distinctes, et aucune répartition de l'espace aérien n'a encore été décidée.

    Frappes de la coalition, bombardements russes, vols de l’aviation syrienne, présence de missiles sol-air et de drones de la CIA… Le ciel syrien risque de devenir rapidement l’espace aérien de tous les dangers. La France elle aussi poursuit ses missions - renseignements et frappes - mais ne parle pas aux Russes comme l’explique le colonel Gilles Jaron porte-parole de l’état-major des armées à Paris.

    « Nous agissons en coordination avec les membres de la coalition. Le pays auquel vous faites référence (la Russie) à ma connaissance n’est pas dans la coalition. Et nous volons lorsque nous avons la certitude de n’avoir aucune difficulté durant notre vol », affirme Gille Jaron.

    Pour avoir une vision claire de ce qui se passe dans le ciel syrien la coalition peut envoyer un avion radar AWACS, surveiller les mouvements aériens. Les avions russes comme les appareils occidentaux disposent aussi de moyens d’identification radio ami ou ennemi. Mais pour être réellement efficace, indique un expert, il faudrait insérer un officier russe dans le centre de contrôle aérien qui gère les opérations de la coalition. L’objectif est d’éviter qu’un incident entre deux avions ne dégénère en crise politique grave.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.