GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Turquie: le Haut conseil électoral irrite l’AKP au pouvoir

    media Recep Tayyip Erdogan, dans un bureau de vote d'Istanbul. REUTERS/Murad Sezer

    En Turquie, à moins d’un mois d’un scrutin législatif anticipé crucial pour l’AKP au pouvoir, qui avait perdu la majorité absolue au Parlement en juin 2015, le Haut conseil électoral a décrété illégale la décision des autorités locales de transférer urnes et bulletins de votes loin de certaines zones considérées comme peu sûres. Un verdict qui satisfait l’opposition et irrite le parti de gouvernement.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Pas moins de 400 000 électeurs kurdes étaient concernés par cette décision administrative, qui nécessitait une approbation de la direction collégiale du seul organe habilité à trancher sur les questions relatives à la tenue d’un scrutin électoral. Le gouvernement, en pleine lutte contre la rébellion kurde, estimait qu’en raison de problèmes de sécurité dans certaines circonscriptions, où des affrontements avaient eu lieu ces dernières semaines, la sécurité des opérations de vote n’était pas garantie.

    Il recommandait donc le déménagement de certains bureaux de vote – jusque là sans nouvelle adresse précise. Un dispositif que même les Etats-Unis avaient critiqué. Le doute pesait en effet sur la liberté et l’indépendance du vote des électeurs, forcés de se déplacer pour remplir leur devoir électoral dans des zones à forte représentation kurde considérées comme soutenant le terrorisme.

    Les opposants à ces mesures estimaient, eux, qu’il s’agissait surtout d’effrayer ou de dissuader, voire de punir un électorat hostile au pouvoir en place. L’AKP, jugeant que ce verdict était « illégal et irréaliste », a cependant promis de s’y plier, alors que l’opposition, elle, « jubile ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.