GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Violences en Cisjordanie: Hébron sous tension

    media Des heurts ont opposé des manifestants palestiniens aux forces de sécurité israélienne dans les rues d'Hébron, ce mercredi 21 octobre. REUTERS/Mohamad Torokman

    Des jeunes ont manifesté et des commerçants ont fait grève mercredi 21 octobre à Hébron, en Cisjordanie occupée. Mardi, deux adolescents y ont été abattus par l'armée israélienne, accusés d'avoir mené une attaque au couteau contre des soldats, avaient été abattus par l’armée israélienne.

    Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

    Des dizaines de jeunes, masqués par des keffieh palestiniens, lancent des pierres en direction de soldats israéliens, qui ripostent en tirant. La tension est extrême, les blessés fréquents, mais la détermination des jeunes ne faiblit pas. « Nous sommes là avec nos frères pour faire face aux Israéliens. On est là pour ça. Ils essaient de coloniser plusieurs quartiers, de s'étendre, mais on ne les laissera pas faire ! »

    Les affrontements ont lieu au centre de Hébron, là où s'arrête la ville sous administration palestinienne, et où commence celle sous contrôle israélien, avec ses colons, protégées par l'armée.

    « Le cœur de Hébron est sous contrôle militaire israélien. Les commerces palestiniens sont fermés sur ordre militaire, certaines rues interdites aux Palestiniens. Ils ne peuvent accéder à leur maison. C'est là qu'il y a les colons les plus fanatiques, sans compter les humiliations subies par les Palestiniens aux check-points », témoigne Issa Amro, coordinateur de l'organisation Les jeunes contre la colonisation. Hébron est depuis longtemps une poudrière. Le récent soulèvement de la jeunesse palestinienne ne pouvait que trouver un écho dans cette ville.

    La grève comme « dernier recours » pour les Palestiniens

    A Hébron, ce mercredi 121 octobre, lors des funérailles de l'un des Palestiniens tués la veille par l'armée israélienne, qui les accuse d'avoir mené des attaques au couteau contre des officiers. REUTERS/Mohamad Torokman

    A part quelques voitures qui circulent, le reste de la ville de Hébron était quasi vide ce mercredi. Les commerçants ont fermé leurs portes. Ils font grève pour protester contre la mort de deux adolescents palestiniens, abattus par l'armée israélienne mardi soir. « Je fais grève aujourd'hui. C'est la moindre des choses pour protester contre tout ce que font les Israéliens, explique Redouane, propriétaire d'un garage. Ils tuent nos enfants. Bien sûr, chaque heure de grève nuit à notre économie, mais au final nous n'avons pas d'autre choix, nous les Palestiniens. C’est un peu notre dernier recours. »

    Dans la rue principale de la ville, qui mène au centre historique de Hébron, seules les pharmacies sont ouvertes. Abdul est assis devant l'une d'entre elles. Lui ne cautionne pas la grève : « Si on veut faire de la résistance, il faut consolider notre économie, nos infrastructures, nos entreprises. Il faut qu'on soit fort pour faire face à l'occupation israélienne. Ce n'est pas en faisant grève qu'on y arrivera. »

    Cette grève est surtout symbolique. Elle a pour objectif de soutenir les jeunes qui manifestent à quelques rues de là et qui affrontent les soldats israéliens.

    Des jeunes palestiniens affrontent des soldats israéliens dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 21 octobre 2015. REUTERS/Mohamad Torokman

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.