GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    En Turquie, la répression s'abat désormais sur la justice

    media Le président du barreau de Dyarbakir, Tahir Elçi, a été arrêté en pleine nuit le 20 octobre 2015. AFP PHOTO / ILYAS AKENGIN

    En Turquie, à moins de deux semaines d’une élection législative anticipée qui apparaît critique, cinq mois après un scrutin qui a plongé le pays dans l’instabilité, la répression s’abat toujours plus fortement sur tout ce qui peut être assimilé à l’opposition au pouvoir en place. Hier, le président du barreau de Diyarbakir, Tahir Elçi, a ainsi été interpelé, mis en garde à vue et immédiatement présenté à un juge.

    De notre correspondant à Istanbul

    Tahir Elçi a été remis en liberté après son interrogatoire, en attente de jugement bien sûr. La question qui se pose c’est celle de l'utilité de le faire arrêter en pleine nuit, à son bureau, par la police anti-terroriste et le traîner devant le juge comme un malfaiteur alors qu’il suffisait de le convoquer et attendre qu’il se présente de lui-même, ce qu’en juriste lui-même il n’aurait pas manqué de faire. Mais sans doute la méthode employée dénote la volonté de dramatiser l’affaire et de montrer le suspect effectivement comme un terroriste.

    Les juridictions du pays en colère

    Toujours est-il que Tahir Elçi a été interrogé durant plus de deux heures. Il est frappé d’une interdiction de sortir du territoire national et reste inculpé de propagande terroriste, il risque quinze ans de prison. Utilisant son droit à exprimer une opinion, il a réitéré son point de vue à la sortie du tribunal, à savoir que « le PKK, bien qu’utilisant parfois des méthodes terroristes, n’est pas une organisation terroriste mais un mouvement politique armé bénéficiant d’un large soutien populaire ». La date du procès n’a pas encore été fixée.

    C’est la première fois dans l’histoire du pays, en dehors du coup d’Etat de 1980, qu’un juriste de ce rang est arrêté en Turquie, ce qui dénote, a réagi Human Rights Watch, l’état de déliquescence et d’instrumentalisation de la justice dans ce pays. Son arrestation n’est pas vraiment passée inaperçue même si elle est loin d’être la seule ; il faut rappeler que chaque jour des dizaines de personnes sont arrêtées dans le cadre de rafles menées au nom de la lutte anti-terroriste. Mais l'arrestation d'un président de barreau n’est pas banale et les avocats de nombreuses juridictions dans le pays ont cessé le travail pour protester contre cet état de fait, estimant que cette arrestation était tout simplement illégale. Au tribunal, hier, les co-présidents du petit parti pro-kurde HDP et des cadres du parti CHP étaient venus manifester leur soutien à M. Elçi.

    Des rumeurs évoquant la suspension des élections

    Officiellement, à ce jour, les élections anticipées sont toujours maintenues au 1er novembre, même si des rumeurs insistantes évoquent toujours la possibilité de suspendre le processus électoral. A ces rumeurs une bonne et unique raison : le fait que tous les sondages annoncent une nouvelle défaite pour l’AKP au pouvoir qui se retrouverait à nouveau en situation de chercher à constituer une coalition dont on sait qu’il ne veut pas. Les résultats du scrutin devraient être sensiblement équivalents au verdict des urnes en juin dernier, ce qui promet un nouveau blocage politique.

    Les analystes évoquent donc deux possibilités : soit que le gouvernement pousse le Haut conseil électoral à suspendre l’élection en raison de nouvelles décisions de déplacement de bureaux de vote, mesure déjà jugée illégale par cette instance ; soit que le gouvernement invoque l’état de guerre en raison d’un incident frontalier par exemple. Et, à l’appui de cette thèse, ils notent que régulièrement ces derniers temps les militaires et les responsables politiques du pays utilisent le mot de « guerre ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.