GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Un nouvel émissaire américain pour lutter contre le groupe EI

    media Barack Obama veut que Brett McGurk (photo) continue d'agrandir la coalition et d'intensifier ses efforts pour détruire le groupe Etat islamique. AFP PHOTO/Mandel NGAN

    Barack Obama a rendu hommage au général John Allen, son émissaire spécial chargé de coordonner la campagne contre le groupe Etat islamique, qui s'apprête à quitter son poste après treize mois en fonction. Le président américain a annoncé qu'il serait remplacé par son adjoint, Brett McGurk.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Dans un communiqué, Barack Obama décrit Brett McGurk, 42 ans, comme l'un de ses meilleurs conseillers sur l'Irak. Il voulait d'ailleurs le nommer ambassadeur dans ce pays, mais McGurk s'était récusé à la suite de courriels inappropriés qu'il avait adressés à une jeune correspondante du Wall Street Journal à Bagdad. Aujourd’hui, les deux sont mariés.

    McGurk a travaillé depuis septembre 2014 aux côtés du général Allen, architecte de la coalition internationale qui lutte contre l’organisation Etat islamique, concentrant ses efforts sur la reprise de Ramadi avec le concours des tribus locales et du gouvernement irakien. Obama veut qu'il continue d'agrandir la coalition et d'intensifier les efforts de celle-ci pour détruire le mouvement jihadiste.

    Sa mission n'est pas facile maintenant qu'il y a deux coalitions : celle menée par les Etats-Unis et celle conduite par la Russie, dont les intérêts sont loin de converger. L'une des premières tâches d'ailleurs de Brett McGurk va être, selon la revue Foreign Policy, de dissuader les Irakiens de laisser les Russes utiliser leurs bases pour lancer des frappes en Syrie. Or, Bagdad voit plutôt d'un œil favorable l'intervention russe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.