GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Cisjordanie: la peur des colons face aux attaques au couteau

    media Un colon israélien de Cisjordanie sur-armé, photographié le 8 octobre 2015 près de Kiryat Arba, dans la région de Hébron. AFP PHOTO/HAZEM BADER

    Deux Palestiniens ont été tués par balles ce jeudi matin après des tentatives d'agressions au couteau contre un garde-frontière puis un soldat. Mercredi 28 octobre, deux attaques au couteau ont eu lieu en Cisjordanie. Ce dernier a été légèrement blessé. Dans un climat de violence continue, les colons israéliens qui habitent la région modifient leurs habitudes pour essayer d'éviter les attaques. Reportage à Kiryat Arba.

    Avec notre envoyé spécial de retour de Kiryat Arba,  Nicolas Ropert

    Dimanche matin, alors qu'il partait travailler, Israël Ben Aharon a été attaqué par un Palestinien armé d'un couteau. Ce Franco-Israélien de la colonie de Kiryat Arba montre ses cicatrices. Il a lui-même grièvement blessé son agresseur avec son arme. Et depuis, il s'impose des règles, explique-t-il : « Je ne sens pas que j'ai plus peur qu'avant, mais j'ai un peu plus peur en voiture. J'ai ma famille, en effet je suis un peu plus stressé, parce que j'ai ma famille avec moi. Quand je suis tout seul, je ne vais pas me balader, je vais à mon travail, je vais pour faire des réparations, je vais pour faire quelque chose de précis. »

    Les rues de la colonie israélienne sont désertes ce soir-là. Yitzac Morouani, qui a grandi à Kiryat Arba, sort désormais toujours armé, notamment quand il retourne voir sa famille. « Ils ont peur de sortir ce mois-ci, oui. D'habitude non. Mais chaque fois qu'on sort de la ville, c'est vrai, on appelle un membre de la famille. [Quelqu'un] de la famille doit savoir qu'on est parti, puis on le rappelle pour lui dire qu'on est vraiment arrivé à notre travail, à notre ami qu'on veut rejoindre à Jérusalem... » Face aux attaques, l'extrême-droite israélienne favorable à la colonisation réclame une réponse encore plus sévère du gouvernement israélien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.