GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Législatives turques: la presse évoque la stratégie gagnante d'Erdogan

    media Les journaux turcs évoquent la stratégie gagnante du président Erdogan, au lendemain des législatives anticipées. REUTERS/Murad Sezer

    En Turquie, deux scrutins en cinq mois et le pouvoir est arrivé à ses fins : en déjouant tous les sondages, le parti du président Erdogan a largement remporté les législatives avec 49,4% des suffrages, soit en termes de sièges, 316 députés sur les 550 que compte le Parlement turc. D'où viennent les 5 millions de voix gagnées par l'AKP en cinq mois, et comment ont-elles été gagnées ?

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Jérôme Bastion

    Dans un contexte d'insécurité et de menaces multiformes, deux dynamiques essentielles expliquent ce redressement, selon Orhan Bursali de Cumhuriyet : l'une qui puise dans le réflexe ancien de la lutte contre la menace du PKK, vigoureusement relancée après le scrutin de juin dernier. L'autre dynamique, beaucoup plus récente, mise en oeuvre après l'attentat d'Ankara qui a largement servi le parti au pouvoir, consiste à lutter contre un nouveau danger incarné par le groupe Etat islamique.

    Dimanche, peu de temps après l'annonce des résultats, le Premier ministre, Ahmed Davutoglu, a célébré la victoire : « Que Dieu bénisse notre victoire, la victoire du peuple ! Que notre victoire démocratique soit bénie ! Que Dieu jamais n’oublie notre Etat, ni notre peuple ! Qu’il bénisse notre union et notre unité ! Dieu travaillera nuit et jour pour le bien-être de nos 78 millions de concitoyens, que sa force soit avec nous ! » Le chef du gouvernement turc a par ailleurs appelé à l'unité : « Le 7 juin, certains ont voulu vous faire courber l’échine. Mais vous, vous avez su vous vouer à une cause : vous vous êtes dévoués à ce pays ! Merci à Dieu pour nous avoir offert ces jours bénis ! (...) Nous venons ouvrir notre cœur à chacun, qu’il ait apporté ses voix à l’AKP ou non. Nous venons vers chacun de nos concitoyens, qu’il ait soutenu l’AKP ou pas, pour construire la Nouvelle Turquie. »

    Fermeté

    C'est donc avant tout la politique sécuritaire du gouvernement AKP qui a payé de dimanche. Cette politique, largement critiquée à gauche où on dénonce les graves atteintes aux libertés individuelles, qui ne choquent guère l'électorat conservateur, est bien sûr saluée dans le camp gouvernemental. La presse proche de l'AKP salue la fermeté affichée par le gouvernement, son habileté à garder le cap et à mener sa barque contre vents et marées, seul alors que l'extrême droite du MHP et les formations de gauche, CHP et HDP, ont refusé d'entrer dans une coalition en prétendant remettre en cause le projet de société de l'AKP par des réformes qui n'avaient pas lieu d'être, comme la refonte du système éducatif, ou, pire, en voulant rouvrir des dossiers gênants comme les affaires de corruption.

    Pour la presse de droite, la constance et la fermeté de Recep Tayyip Erdogan ont porté leurs fruits face aux menaces de déstabilisation, politique et sécuritaire, et l'AKP peut, maintenant que cette posture a payé, poursuivre dans la voie tracée par son leader.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.