GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Téhéran, les Etats-Unis restent l'ennemi officiel numéro un

    media Discours et slogans anti-américains, drapeaux brûlés... au menu des manifestations du 36e anniversaire de la prise de l'ambassade américaine à Téhéran. AFP PHOTO / ATTA KENARE

    Cette année, l’anniversaire de la prise de l'ambassade américaine à Téhéran en 1979, qui avaient abouti à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, intervient alors que l'Iran et les grandes puissances ont conclu un accord historique sur le dossier nucléaire en juillet dernier. Pas question pour autant de normaliser les relations avec les États-Unis qui restent le « grand Satan ».

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Ils étaient plusieurs milliers à manifester devant l'ex-ambassade américaine pour crier de nouveau « mort à l'Amérique ». Des manifestations identiques ont été organisées à travers le pays. Depuis l'accord nucléaire, le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot dans les grands dossiers du pays, a multiplié les déclarations pour affirmer que les Etats-Unis restaient le « grand Satan ». Il a même interdit tout dialogue avec les Etats-Unis sur les questions régionales, en particulier la Syrie.

    Crises du Proche-Orient

    Mardi, devant des milliers d'étudiants, il a affirmé que les Etats-Unis n'avaient pas changé de politique et cherchaient à planter un couteau dans le dos de l'Iran à la première occasion. Il a également mis en garde contre les tentatives d'infiltration politique et culturelle dans le pays.

    Il est vrai que l'Iran et les Etats-Unis s'opposent dans toutes les crises du Proche-Orient, notamment en Syrie, en Irak, au Yémen ou encore à Bahreïn et en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien. Dans ces conditions, une normalisation des relations semblent toujours difficiles entre les deux pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.