GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Explosion en Allemagne: l'auteur a fait un séjour en clinique psychiatrique (agence)
    • Explosion en Allemagne: les autorités la qualifient d'attentat (agence)
    • Explosion en Allemagne: un attentat islamiste «pas exclu» (ministre)
    • Allemagne: l'explosion a été provoquée par un réfugié syrien de 27 ans (agence)
    Moyen-Orient

    Crash dans le Sinaï: l’attentat, scénario catastrophe pour Sissi

    media Depuis son accession au pouvoir, le président Sissi ne cesse de promettre qu'il rétablira la sécurité en Egypte. REUTERS/The Egyptian Presidency/Handout via Reuters

    La thèse de l’attentat pour expliquer le crash de l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet dans le Sinaï est de plus en plus évoquée. Au grand dam du président égyptien Abdel Fatah al-Sissi.

    Six jours après le crash dans le Sinaï de l’A321 de la compagnie russe Metrojet, avec à son bord 224 passagers, le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi doit se sentir bien seul. Après Londres et Washington, Moscou, son principal allié, semble ne plus écarter la possibilité d'un attentat. Certes, le porte-parole du Kremlin continue à affirmer qu'aucune thèse n'est privilégée, mais ce discours est en décalage total avec la décision vendredi 6 novembre de Vladimir Poutine de suspendre les vols civils russes vers l'Egypte et d'assurer le rapatriement des 45 000 citoyens russes présents sur place.

    Cette décision a été prise à l’issue d’une réunion exceptionnelle du comité national antiterroriste, en présence notamment du ministre de la Défense et du chef d’état-major, rapporte notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne. Le président russe a choisi de suivre les recommandations du chef des services secrets. Dans des propos diffusés à la télé, Alexandre Bortnikov a expliqué que cette mesure était « raisonnable » en attendant que soient déterminées les causes réelles du crash.

    Défaillance humaine ou matérielle, bombe dissimulée dans l'appareil, les causes du crash ne sont pas encore fermement établies. L’analyse des boîtes noires de l’appareil fait privilégier la thèse de l’attentat, indique ce vendredi soir une source proche de l’enquête citée par l’Agence France-Presse. Selon cette source qui requiert l’anonymat, le décryptage de l'enregistreur des données de vol et de l'enregistreur des voix dans le cockpit montre que « tout était normal ». Mais à la 24e minute de vol, les deux machines ont brutalement cessé de fonctionner, signe d'une « très soudaine décompression explosive ». Cette information vient corroborer les dires de la direction de la compagnie charter, pour qui le pilote avait brutalement perdu le contrôle de l’appareil sans aucune alerte préalable.

    Le rapatriement des touristes débute

    Les autorités égyptiennes redoutent que la thèse de la bombe ne soit finalement retenue. Le drame en lui même porte déjà un nouveau coup dur au tourisme, une des principales ressources du pays. Depuis la révolution, les revenus du secteur ont grandement chuté. Alors qu’ils se montaient à 10 milliards d’euros en 2011, ils ont à peine atteint les 5 milliards en 2013. Malgré le climat d'insécurité et le désordre politique, les touristes russes étaient restés fidèles à cette destination peu chère. Ils sont même devenus en 2014 les premiers visiteurs du pays. Parmi les 10 millions de touristes recensés l'année dernière en Egypte, deux à trois millions seraient des Russes.

    Parler d’une bombe les ferait fuir encore plus. Depuis samedi dernier, les annulations n'arrêtent pas. Vendredi, le premier avion rapatriant des touristes de la station balnéaire de Charm el-Cheikh a atterri à Londres. Il doit être suivi par de nombreux autres. Ce matin, 20 000 touristes britanniques attendaient à l’aéroport.

    Par ailleurs, depuis son accession au pouvoir en juillet 2013, le président Sissi n'a eu de cesse de promettre qu'il rétablira la sécurité en Egypte. Le drame de l'appareil russe apporte un démenti cinglant à ses prétentions.

    On comprend pas ce qui se passe mais... Mais surtout il faut savoir se mettre à la place de Egyptiens...
    Les touristes britanniques bloqués à Charm el-Cheikh Témoignages. 07/11/2015 - par François Hume-Ferkatadji Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.