GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Mardi 23 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 25 Janvier
Vendredi 26 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Un avion britannique a évité de peu un missile en Egypte

    media Un appareil de la compagnie britannique Thomson Airways. AFP PHOTO / DPA / JULIAN STRATENSCHULTE

    Un avion britannique transportant 189 touristes de Londres à la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh est passé, en août dernier, à moins de 300 mètres d'un missile peu avant son atterrissage. L'information a été révélée samedi 7 novembre par la presse anglaise et confirmée par le gouvernement de David Cameron. Le Premier ministre a indiqué que « l'incident » était lié à « un exercice de routine de l'armée égyptienne ». Une explication qui est pourtant loin de rassurer les Britanniques.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Les révélations du Daily Mail font froid dans le dos. Le 23 août dernier, un vol Londres-Charm el-Cheikh se préparait à atterrir à l'aéroport égyptien quand le pilote a vu un missile venir en direction de l'avion. Il a alors ordonné une mesure d'évitement pour ne pas entrer en collision avec l'engin qui se trouvait à environ 1 000 pieds, c'est-à-dire 300 mètres de distance.

    L'avion de Thomson Airways a pu ensuite se poser sans encombres. Les 189 passagers n'ont, eux, jamais été informés de l'incident. Le ministère britannique des Transports a confirmé ces révélations. Un porte-parole a expliqué que Londres avait à l'époque mené une enquête et conclu qu'il ne s'agissait pas d'une attaque ciblée, mais d'un incident lié à un exercice de routine de l'armée égyptienne.

    Incident militaire ou acte terroriste

    Néanmoins, plusieurs experts ont d'ores et déjà mis en doute cette version, estimant hautement improbable que des exercices militaires aussi dangereux soient menés si près d'un aéroport international. Pour eux, il est surtout dans l'intérêt des autorités égyptiennes de parler d'un incident militaire plutôt que d'un acte terroriste.

    En effet, ces informations inquiétantes, publiées une semaine après le crash d'un avion russe dans le Sinaï et un an après qu'un Boeing malaisien a été abattu par un missile au-dessus de l'Ukraine, risquent d'avoir de lourdes conséquences. De nombreux passagers devraient désormais y réfléchir à deux fois avant de choisir des destinations impliquant le survol de zones de conflit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.