GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Football: jour de match entre la Palestine et l'Arabie saoudite

    media Abdel Nasser Barakat, sélectionneur de l'équipe de football palestinienne, et Abdelatif Bahdari, le capitaine, lors de leur conférence de presse d'avant-match à Amman. REUTERS/Majed Jaber

    Ce lundi 9 novembre aura finalement lieu le match de football Palestine-Arabe saoudite. Cette rencontre, qui compte pour les qualifications de la Coupe du monde 2018 en Russie, devait se dérouler la semaine dernière à côté de Ramallah en Cisjordanie. Mais les Saoudiens ont refusé de venir jouer. Que s'est-il passé ? Eléments de réponse.

    De notre correspondant à Ramallah,

    Le match devait se dérouler initialement en juin dernier à al-Ram, là où est installé le stade de la Fédération palestinienne de football. Prétextant des raisons de sécurité, les Saoudiens ont refusé de se déplacer et ont proposé de disputer la rencontre chez eux. Les Palestiniens ont accepté à condition que le match retour soit lui aussi inversé et qu'il se déroule sur le territoire palestinien. Une décision validée par la Fifa, dont la Palestine est membre depuis 1998.

    La Palestine participe aux compétitions régionales, ainsi qu'aux qualifications pour la Coupe du monde. Alors que le match retour était prévu le 5 novembre dernier, les Saoudiens ont de nouveau refusé de se rendre en Cisjordanie. La raison : l'Arabie saoudite ne peut pas passer par une frontière israélienne, ce qui est pourtant obligatoire pour se rendre en Cisjordanie occupée. L'Arabie saoudite n'ayant pas de relation diplomatique avec Israël, il était exclu pour sa fédération de se faire tamponner un visa israélien. On savait que le sport était politique. En voici donc une nouvelle illustration.

    La Fifa entre les gouttes

    La Fédération internationale de football a beaucoup tergiversé. La Fédération palestinienne possède des structures aux normes. La décision de l'Arabie saoudite de ne pas vouloir se rendre en Cisjordanie aurait dû lui valoir la perte des trois points dans les qualifications. Mais la Fédération saoudienne a finalement réussi à emporter la décision de la Fifa, qui a affirmé que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour que la rencontre se dispute dans les Territoires palestiniens.

    Les Palestiniens ont dénoncé une aberration. Certes, la situation est tendue, mais les Emirats arabes unis sont venus faire match nul à al-Ram en septembre dernier, et tout s'est bien passé. Les Palestiniens dénoncent des pressions de la part de l'Arabie saoudite. Pressions auxquelles les Palestiniens eux-mêmes ont dû céder, car l'Arabie saoudite est l'un des plus gros bailleurs de fonds du gouvernement palestinien. L'Arabie saoudite finance en effet, à hauteur de 20 millions de dollars par mois, les institutions palestiniennes.

    Le président de la Fédération palestinienne de football a laissé filtré qu'on ne lui avait pas laissé le choix. C'était soit les 3 points, soit un risque pour la stabilité du gouvernement palestinien. Le match se déroulera donc ce lundi à Amman. Tout comme le match prévu trois jours plus tard contre la Malaisie. La Fifa a là aussi décidé que la rencontre aurait lieu sur terrain neutre. Ce sera donc Amman, au grand dam des supporteurs de football qui avaient rempli le stade de 12 000 places contre les Emirats en septembre dernier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.