GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: 18 personnes meurent dans une attaque suicide dans une oasis (responsables)
    • Belgique: explosion à l'Institut national de criminologie de Bruxelles, aucun blessé (parquet)
    • Yémen: au moins 60 morts à Aden dans un attentat suicide contre des recrues de l'armée (sources médicales)
    • Etats-Unis: fin de l'alerte aux coups de feu à l'aéroport de Los Angeles (police)
    Moyen-Orient

    «Nous trois ou rien», une belle leçon d’espoir

    media « Nous trois ou rien », un film de Kheiron. Gaumont

    Kheiron ? On l’a vu comme comédien et humoriste, ici ou là. Dans son premier long métrage, il raconte avec humour et tendresse l'histoire de ses parents, opposants politiques iraniens qui ont débarqué en France au début des années 1980. Nous trois ou rien, une tragi-comédie sur la fuite de l’Iran et l’arrivée en France.

    Ibat, c'est le prénom du père du réalisateur. Visiblement admiratif, Kheiron choisit de raconter l'histoire de ce jeune Iranien, brillant élève issu d'une fratrie de douze d'un village rural, qui réussit à devenir avocat dans les années 1970.

    Très vite, il milite contre la dictature du Shah et se retrouve emprisonné pendant sept ans. À sa libération, c'est la révolution. Mais l'euphorie est vite douchée par l'arrivée au pouvoir des mollahs. Ibat, sa femme Fereshteh et leur bébé de quelques mois, le futur réalisateur donc, vont fuir l'Iran et trouver refuge en France.

    Avec beaucoup d'humour, servi par ses acteurs, Kheiron magnifie le parcours de ses parents. Car ces opposants politiques iraniens ont finalement choisi de faire souche en France, et de contribuer, à leur manière, à la vie dans leur pays d'accueil.

    La mère s’occupe d’éduquer les femmes, le père travaille dans un centre social d’une ville de banlieue, et arrive à retisser, petit à petit du lien social. Sans mièvrerie ni angélisme, Nous trois ou rien transmet, l'air de rien, une belle leçon d'espoir sur l'intégration en France.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.