GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: à Charm el-Cheikh, les professionnels du tourisme se font du souci

    media Un employé d'une agence de tourisme maritime aide une touriste à descendre du bateau, le 8 novembre 2015, à Charm el-Cheikh. Le secteur touristique local risque de subir les conséquences du crash de l'Airbus A321. REUTERS/Asmaa Waguih

    Les touristes russes et britanniques continuent de quitter l'Egypte. Un peu plus de 100 000 touristes sont en cours de rapatriement et la suspension des vols fait peser, à court terme, un risque majeur sur l'industrie du tourisme. A Charm el-Cheikh, l'inquiétude est à son comble. Reportage.

    Avec notre envoyé spécial à Charm el-Cheikh, François Hume-Ferkatadji

    La grande allée qui longe la mer à Charm el-Cheikh est calme. Les touristes partent peu à peu. Ahmed, qui organise des excursions dans le désert, l'a déjà remarqué : « aujourd'hui, je n'ai eu simplement que quelques clients arabes, deux personnes, et trois Russes aussi. »

    Magalie est responsable dans un centre de plongée. Francophone, elle a la chance d'être salariée. Mais depuis trois jours déjà, une grande partie des moniteurs indépendants n'ont plus de travail : « un moniteur m'a contactée ce matin en me disant qu'il revenait de dix jours de congés dans sa famille, et ça fait quatre jours qu'il est rentré, quatre jours qu'il est off, qu'il ne travaille pas. Il m'a dit "quand est-ce que je peux travailler ?" Je n'ai pas pu lui répondre autre chose que "quand il y aura des clients" ! »

    Réceptionniste dans un hôtel, Mohammed a quitté le quartier populaire de Guizeh, près du Caire. Il travaille maintenant 15 heures par jour pour un peu plus de 100 euros par mois. « Tout le personnel à Charm el-Cheikh dépend des pourboires et non du salaire. Avec ton salaire, tu peux à peine manger ou t'acheter des cigarettes. »

    Charm el-Cheikh est habituée des crises et tout le monde pense que la station saura rebondir, mais une question reste en suspend : combien de temps va-t-il falloir souffrir ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.