GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Japon prévoit un budget record de 46 milliards de dollars pour renforcer sa défense antimissile contre la menace nord-coréenne (Nikkei)
    • Inde: Rahul Gandhi devient le président du parti du Congrès (opposition)
    Moyen-Orient

    Daech: ce qui a changé après les attentats de Paris

    media Un avion de guerre Rafale au moment du début de l'intervention française en Syrie, en septembre 2015. AFP PHOTO / ECPAD

    La France est désormais dans le viseur de l'Etat islamique, qui n'hésite plus à avoir recours à des femmes kamikazes. Les attentats de Paris ont aussi amené l'Hexagone à modifier sa position sur le dossier syrien et à se rapprocher de la Russie.

    Deux choses au moins ont changé depuis les attentats de Paris le 13 novembre 2015. D'abord, dans la guerre que mènent les jihadistes de l'Etat islamique (EI), l'Hexagone est désigné désormais comme une cible prioritaire. Pour la première fois, en France également, Daech a eu recours à des femmes kamikazes. Enfin, les attentats ont également contraint la France à infléchir sa position vis-à-vis du conflit syrien.

    « L'ennemi, c'est Daech » désormais

    Avant les attentats, l'entrée en scène de la Russie avec armes et bagages sur le théâtre syrien irritait Paris. La Russie répétait inlassablement que le « Ni Bachar, ni Daech » cher à Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, n'avait pas de sens. Pour sa part, Paris accusait la Russie de ne bombarder que les rebelles hostiles à Bachar el-Assad, même si une partie importante de cette opposition est islamiste et, pour certains, liée à al-Qaïda en Syrie.

    En quatre jours à peine après les attentats, François Hollande a changé de cap et déclaré que « L'ennemi, c'est Daech », sous-entendu « Nous ne faisons plus du départ du président syrien un préalable ». La France propose désormais à Moscou de s'associer à une grande coalition contre l'EI.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.