GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les dernières frappes ont-elles affaibli le groupe Etat islamique?

    media Une photo de l'armée française montrant une frappe sur une base de l'organisation Etat islamique à Raqqa, la capitale autoproclamée des jihadistes, le 17 novembre 2015. AFP PHOTO / ECPAD / EMA

    Depuis une semaine, l'aviation française pilonne les bastions du groupe Etat islamique en Syrie. Mardi, les appareils russes se sont mis de la partie, après l'annonce que l'avion de ligne russe qui s'est écrasé dans le Sinaï, le 31 octobre, a été effectivement détruit par une bombe placée par des membres de l'EI.

    De notre correspondant à Beyrouth,

    Les raids menés par les aviations française et russe contre le fief du groupe Etat islamique à Raqqa, en Syrie, ces sept derniers jours, sont d'une intensité sans précédent depuis le début de la campagne aérienne contre cette organisation terroriste, il y a quatorze mois. Le nombre d'avions engagés, les cibles choisies et le type de munitions utilisées illustrent une évolution qualitative et quantitative des opérations contre le groupe extrémiste. Lors des trois vagues de raids, ces derniers jours, les avions français ont visé des centres de commandement et de contrôle de l'EI, des dépôts d'armes, des casernes et des check-points. L'Observatoire syrien des droits de l'homme avance un bilan d'au moins 33 jihadistes tués et des dizaines d'autres blessés. 

    Les Russes frappent les réservoirs de pétrole

    Les Russes ont surtout concentré leurs frappes contre l'infrastructure pétrolière exploitée par l'EI en Syrie. Le groupe contrôle, dans ce pays, 250 puits de pétrole, dont 160 sont toujours opérationnels. Ils produisent quelque 30 000 barils par jour, qui, vendus sur le marché noir via la Turquie et l'Irak, rapporteraient à l'organisation jusqu'à 50 millions de dollars par mois, selon la chaîne de télévision panarabe al-Mayadeen. Vidéos à l'appui, les Russes affirment avoir détruit près de 500 camions-citernes utilisés pour la contrebande de pétrole, et des dizaines de réservoirs de stockage.

    L'Etat islamique affaibli ?

    Les experts assurent que sans une intervention au sol, le groupe Etat islamique ne peut pas être vaincu. Mais il est certain que les frappes aériennes affectent le moral des troupes, désorganisent l'EI et le placent dans une posture défensive. Dans ce contexte, les combattants du groupe ont pratiquement disparu des rues de Raqqa et ont été redéployés dans les villages alentours, pour échapper aux raids aériens. De plus, des centaines de familles de jihadistes étrangers, de nationalité arabe et occidentale, ont été évacuées de Raqqa et d'autres villes de la province, vers Mossoul, en Irak, jugée plus sûre. A Raqqa toujours, la police de l'EI a ordonné la fermeture de tous les cafés Internet, de peur qu'ils ne soient utilisés pour envoyer des renseignements sur les zones de déploiement des jihadistes. Ces informations sont rapportées par l'OSDH et sont confirmées par des Syriens de Raqqa, interrogés au Liban par RFI. L'EI a également fermé les écoles dans la grande ville de Mayadeen, dans la province de Deir Ezzor, à l'est, par crainte des raids aériens.

    La Russie évoque une alliance contre le groupe EI

    Les aviations russe et française sont les plus actives en ce moment. Vladimir Poutine a utilisé le mot « allié » en ordonnant à sa marine de coopérer avec le porte-avions Charles-de-Gaulle qui arrivera en Méditerranée orientale en début de semaine prochaine pour participer aux opérations militaire. Les dirigeants français, eux, ne parlent pas encore d'alliance. Cette question sera sans doute discutée lors de la visite de François Hollande à Moscou, le 26 novembre. Laurent Fabius, lui, a fait état d'une « ouverture » des Russes dans la lutte contre l'EI, qualifiant l'attitude de Moscou de sincère. Enfin, le chef d'état-major des armées français Pierre de Villiers s'est entretenu jeudi pendant une heure, et pour la première fois, avec son homologue russe, le général Valeri Guerassimov, pour discuter de la « coordination » des opérations militaires en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.