GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: colère d’Ankara après des frappes russes près de sa frontière

    media Il y a un mois et demi, Ankara avait déjà convoqué l'ambassadeur russe. Les Turcs accusaient alors les Russes d'avoir violé leur espace aérien. REUTERS/Ministry of Defence of the Russian Federation/Handout

    Au nord-ouest de la Syrie, des bombardements conjoints de l'aviation russe et des forces gouvernementales sur des zones proches de la frontière turque ont provoqué la colère d'Ankara, qui dénonce le ciblage de populations civiles. Les autorités turques ont même convoqué l'ambassadeur de Russie pour demander l'arrêt immédiat de ces frappes.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    La Turquie s'était déjà vue dans l'obligation, il y a à peine un mois et demi, de convoquer l'ambassadeur russe à Ankara ; c'était, à l'époque pour un incident aérien à la frontière, peu après que les Russes eurent débuté leurs opérations militaires en Syrie, leurs chasseurs étant accusés de violer l'espace aérien turc et de harceler les avions turcs en les verrouillant sur leur système de tir. Moscou avait alors envoyé un haut responsable de son état-major pour promettre que de tels incidents ne se reproduiraient plus.

    Mais ce vendredi, la Turquie a de nouveau protesté auprès de Moscou, cette fois contre des bombardements de villages civils turkmènes proches de la frontière, causant apparemment une arrivée de réfugiés. Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a souligné le fait que le bombardement de ces villages turkmènes « ne s'inscrit pas dans le cadre de la lutte antiterroriste », et devrait donc cesser.

    Aide humanitaire d'urgence

    « Ces frappes contre des civils pourraient coûter cher à leurs auteurs », a-t-il martelé, estimant par ailleurs qu'une cinquantaine de villages étaient en danger, et annonçant la distribution d'une aide humanitaire d'urgence.

    Il se trouve aussi que cette région abrite les principaux groupes rebelles dits modérés au régime de Bachar el-Assad, armés et financés par la Turquie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.