GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 3 Juillet
Lundi 4 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: le général iranien Qassem Soleimani blessé puis guéri

    media Le président iranien Rohani salue Qassem Soleimani, chef de la force al-Qods des Gardiens de la révolution, le 15 septembre 2015. AFP/Présidence iranienne

    En Syrie, des sources de sécurité et l'Observatoire syrien des droits de l'homme ont rapporté que le général iranien Qassem Soleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, a été récemment légèrement blessé dans des combats contre les rebelles dans le nord de la Syrie. Dirigeant la division d'élite al-Qods, cet officier serait maintenant «en pleine forme» et «plein d'énergie» selon un porte-parole des Gardiens de la révolution.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Présenté comme le pourfendeur de l'hégémonie américaine au Moyen-Orient et héros de la lutte contre Israël, Qassem Soleimani jouit d'une grande popularité et d'un immense respect dans son pays. Il a été élu l'homme de l'année 2015 par le site iranien d'informations Khabaronline, à l'issue d'un sondage effectué en Iran.

    Ce général de 58 ans occupe le devant de la scène dans la lutte menée par l'Iran contre les groupes jihadistes en Irak et en Syrie. On le voit aux premières lignes lors de l'offensive des milices chiites irakiennes pour la reconquête de la ville de Tikrit des mains du groupe Etat islamique, au printemps dernier. On le retrouve en Syrie, pendant les offensives de l'armée syrienne contre les fiefs rebelles. Récemment, son nom a été associé à l'offensive majeure lancée par l'armée syrienne à l'Est et au Sud de la ville d'Alep.

    C'est d'ailleurs dans cette région qu'il aurait été légèrement blessé. Quelque 2000 combattants iraniens ou du Hezbollah libanais participent à ces attaques, qui ont permis aux troupes gouvernementales de reprendre à l'EI, au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et à d'autres groupes jihadistes, quelque 650 kilomètres carrés de territoire national.
     

    → à (re)lire : La rhétorique antichiite des jihadistes du groupe EI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.