GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Un article du code pénal sur le viol suscite la colère en Jordanie

    media L'art 308 du code pénal jordanien permet a un violeur d'échapper a toute poursuite s'il se marie avec sa victime. AFP

    Cinquante-cinq ONG jordaniennes lancent une campagne pour l’abrogation de l’article 308 du code pénal jordanien. Cet article permet à un violeur d’échapper à toute poursuite s'il se marie avec sa victime. Les ONG de défense des droits des femmes demandent que l’article soit purement et simplement effacé du code pénal jordanien.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Ferrat

    Les ONG de défense des femmes demandent un geste du Parlement jordanien pour lutter contre une société où une femme ne peut toujours pas donner la nationalité à ses enfants, et où les crimes d'honneur existent toujours.

    Une jeune femme a témoigné derrière un rideau. Son patron de 50 ans l’a violée lorsqu'elle avait 22 ans. Elle a eu un enfant qu'il a refusé de reconnaître. «Son avocat lui a dit qu'il n’échapperait pas à la prison si il ne m’épousait pas. il a donc accepté l’idée de ce mariage. Nous avons vécu ensemble quatre mois. Il s'est mis à me battre matin et soir. Je suis allée au tribunal seule sans ma famille. Le juge m'a refusé le droit de divorcer seule. Il m'a obligée à être accompagnée d’un membre de ma famille. »

    L’obstacle principal c`est en fait la pression des familles. La peur du scandale. Il ne faut pas que ces victimes soient tuées pour des questions d’honneur. Si le violeur est condamné, il faudra prévoir des mesures d’aide et de protection. Vingt à vingt-cinq cas sont répertoriés chaque année. Mais la plupart des mariages suite à des violences sexuelles sont réglées à l’amiable entre les familles devant un officier de police.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.