GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Gabon: Jean Ping, candidat de l'opposition, se proclame «élu» président devant la presse et ses partisans
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Lutte contre EI: vers une alliance de fait avec l’armée syrienne?

    media Le porte-avions Charles-de-Gaulle a quitté le port de Toulon à destination de la Méditerranée orientale le 18 novembre 2015. AFP/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

    La France envisage désormais la participation des forces du régime syrien de Bachar el-Assad à la lutte contre le groupe Etat islamique. C'est le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui l'a déclaré ce vendredi matin. S'agit-il d'une nouvelle inflexion de la position française vis-à-vis du régime de Damas ?

    Pour Laurent Fabius, il y a deux séries de mesures contre le groupe Etat islamique : « D'abord les bombardements, que l'on pratique tous, et puis il faut aussi qu'il y ait des forces au sol ». Ces dernières ne peuvent être françaises, « ce serait contreproductif », précise Laurent Fabius. Mais elles « peuvent être à la fois l'Armée syrienne libre, des forces arabes sunnites, des Kurdes et pourquoi pas des forces du régime ? »

    C'est la première fois qu'un dirigeant français évoque une alliance de fait, sur le terrain, avec l'armée de Bachar el-Assad. Rappelons qu'il y a quelques semaines encore, la France martelait que le régime de Damas et le groupe Etat islamique constituaient « les deux faces d'une même barbarie ».

    Participation de l'armée syrienne dans le cadre de la transition

    Mais on constate qu'après les attentats de Paris, la position de Paris évolue. La France souhaite désormais une « grande coalition » pour lutter contre l'organisation jihadiste avec la Russie, alliée de Bachar el-Assad. Et maintenant, la France inclut donc les troupes syriennes du régime de Damas parmi les forces susceptibles de faire reculer le groupe Etat islamique.

    Mais après les propos en ce sens de Laurent Fabius ce vendredi matin, le ministère français des Affaires étrangères a immédiatement précisé que cette participation de l'armée syrienne ne pouvait se faire que dans le cadre de la « transition politique ». Et sur ce point, la position française ne change pas pour l'instant : Laurent Fabius a répété que Bachar el-Assad « ne peut être l'avenir de son peuple ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.