GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Cisjordanie: une troisième radio palestinienne fermée à Hébron

    media Des journalistes de Radio Dream constatent les dégâts causés par une intervention des forces de sécurités israéliennes dans leurs locaux, le 29 novembre 2015 à Hébron. AFP PHOTO / HAZEM BADER

    Deux attaques au couteau ce dimanche à Jérusalem ont fait deux blessés israéliens alors qu'un des agresseurs palestiniens a été abattu. L'autre suspect est en fuite. Par ailleurs, une troisième radio palestinienne a été fermée pour au moins six mois par les autorités israéliennes. Comme les deux précédentes, Radio Dream est basée à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie. Selon un porte-parole de l'armée israélienne, la station encourageait le terrorisme. Une affirmation démentie par les responsables de la radio.

    Avec notre correspondant en Cisjordanie, Nicolas Ropert

    Au moins une dizaine de soldats israéliens ont pénétré dans la nuit de samedi à dimanche dans les bureaux de Radio Dream, une station située dans la ville d'Hébron. Les militaires ont confisqué le matériel et endommagé les bureaux, a raconté aux médias locaux, Talab al-Jaabri, le directeur du média.

    Incitation au terrorisme

    Selon un porte-parole de l'armée israélienne, la station en question a diffusé des programmes qui incitaient au terrorisme contre des civils et les forces israéliennes.

    C'est la troisième radio de la ville d'Hébron fermée depuis le début du mois pour ces mêmes motifs. Un responsable militaire israélien avait affirmé début novembre que les fermetures se poursuivraient afin de renforcer la sécurité des citoyens d'Israël. Une fermeté soutenue par le gouvernement israélien mais que dénoncent un certain nombre d'observateurs.

    Décisions « disproportionnées »

    Le Centre palestinien pour la liberté de la presse a qualifié cette nouvelle interdiction de « grave violation du droit des médias ». L'organisation a demandé la condamnation de cet acte par la communauté internationale. Ce vendredi, Reporter sans frontières avait publié un communiqué regrettant des décisions israéliennes « disproportionnées ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.