GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Janvier
Vendredi 20 Janvier
Samedi 21 Janvier
Dimanche 22 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 24 Janvier
Mercredi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Une centaine de vols annulés ce lundi à l'aéroport londonien d'Heathrow en raison d'un brouillard dense et épais
    • Les rebelles syriens indiquent qu'ils «continueront le combat» si les négociations d'Astana échouent (porte-parole)
    • Martine Aubry et ses proches voteront pour Benoît Hamon au second tour de la primaire à gauche (communiqué)
    • François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, ce lundi à Berlin, pour «renforcer la relation franco-allemande»
    • Primaire à gauche: plus de 1,6 million de bulletins de vote comptabilisés à 11h, ce lundi 23 janvier (Haute autorité)
    • Cinq soldats égyptiens tués dans la péninsule du Sinaï le dimanche 22 janvier par des «éléments fondamentalistes» (armée)
    Moyen-Orient

    Attaques au couteau: les maisons des assaillants présumés détruites

    media Les décombres de la maison d'un présumé assaillant détruite par les soldats israéliens en représailles à une attaque au couteau. Silwad, près de Ramallah, le 14 novembre 2015. REUTERS/Mohamad Torokman

    Un Palestinien a été tué dimanche 29 novembre à Jérusalem-Est dans des affrontements avec la police israélienne et deux personnes ont également été blessées dans de nouvelles attaques au couteau. Dans ces cas-là, la réaction de l'Etat hébreu est toujours la même : les soldats israéliens viennent murer ou détruire les habitations des assaillants présumés. Reportage.

    Avec notre correspondant à RamallahNicolas Ropert

    Dimanche matin à l'aube, l'armée israélienne a pénétré dans la maison d'Atheb Hassib, en plein centre-ville de Ramallah. La mère de famille a été réveillée avec ses trois enfants. Les militaires ont pris des photos de l'appartement en vue de peut-être le murer.

    La jeune femme est désemparée. « Les soldats israéliens ont cassé la porte et ils sont entrés. Si l'armée revient, qu'est-ce que je peux faire ? Bien sûr que j'ai peur qu'ils condamnent ma maison. Je n'ai nulle part où aller. Je n'ai pas d'autres endroits pour vivre. Où est-ce qu'ils veulent que j'aille ? », se lamente Atheb Hassib.

    La famille s'oppose à la version israélienne qui affirme que Shadi Hassib a tenté de renverser un groupe d'Israéliens avant de sortir avec un couteau. Naja, qui préfère ne donner que son prénom, est une cousine du défunt. « Shadi était chauffeur de taxi. Il est allé à Jéricho avec un client et sur la route du retour il a simplement eu un accident. Il est descendu du véhicule pour voir comment était la voiture quand un soldat, ou un colon, lui a tiré dessus », affirme Naja.

    Les destructions des maisons des familles des auteurs d'attaques font partie des mesures prises par le gouvernement israélien pour tenter de dissuader les Palestiniens. Une méthode considérée comme une punition collective par le Centre palestinien des droits de l'homme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.