GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Bombardements russes en Syrie: un bilan de 1500 morts selon l’OSDH

    media Deux mois de bombardements russes en Syrie ont fait plus de 1500 morts, majoritairement des jihadistes, affirme l’OSDH. REUTERS/Ministry of Defence of the Russian Federation/Handout vi

    C’est le premier bilan de l’intervention russe en Syrie. Deux mois de bombardements ont fait plus de 1500 morts, majoritairement des jihadistes, affirme l’OSDH, l’Organisation syrienne des droits de l’homme qui dispose d’un vaste réseau de militants sur le terrain. Toutefois, il y a également des victimes civiles.

    A Homs, à Hama et à Raqqa notamment, les chasseurs bombardiers russes ont ciblé prioritairement des jihadistes, selon le bilan de l’OSDH. Plus de 1 000 combattants de l’organisation Etat islamique, et du front al-Nosra, branche syrienne d’al-Qaïda, auraient été éliminés depuis le 30 septembre, début de l’intervention militaire russe en Syrie.

    Toutefois, parmi ces 1 000 combattants figurent également des membres d’autres groupes rebelles. Les frappes russes ont aussi causé d’importants dommages collatéraux. Le bilan de l’OSDH comptabilise près de 500 victimes civiles parmi lesquelles des femmes et des enfants.

    En Syrie, la Russie intervient dans le conflit officiellement pour venir en aide au régime de Bachar el-Assad. Moscou affirme viser l’organisation Etat islamique et des groupes « terroristes », comprendre opposés au pouvoir.

    Les puissances occidentales, principalement la France et les Etats-Unis, ont souvent reproché à Moscou de s’attaquer à ces groupes. Selon Paris et Washington, ces factions hostiles au régime de Damas sont modérées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.