GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Meurtre d'Abou Khdeir: vers l’irresponsabilité du principal suspect?

    media A l'extérieur du tribunal, la famille du jeune Mohamed Abou Khdeir et de nombreux soutiens dénoncent la complaisance de la justice israélienne vis-à-vis des auteurs de crimes israéliens. AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA

    L’affaire avait ému l’opinion publique en juillet 2014 et enclenché l'escalade de violences menant à la guerre de gaza à l'été 2014. Mohamed Abou Khdeir, un Palestinien de 16 ans avait été kidnappé puis brûlé vif par trois extrémistes juifs présumés. Ce lundi 30 novembre, un tribunal de Jérusalem a reconnu coupable deux des Israéliens, des mineurs. Leurs peines seront connues en janvier. Mais la justice ne s’est pas prononcée sur le suspect principal, un colon juif de 30 ans, qui pourrait être déclaré irresponsable pénalement.

    Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

    Devant le tribunal une centaine de manifestants palestiniens brandit des portraits de Mohamed Abou Khdeir. Ses parents sortent enfin pour annoncer le verdict. La mère du jeune Palestinien assassiné l’an dernier est dépitée. « Ce n’est pas un verdict juste, je ne l’accepte pas. Deux suspects sont reconnus coupables et le troisième est déclaré fou. Je veux que les trois suspects soient condamnés. Mon fils est mort et moi je meurs tous les jours. »

    Le suspect principal dans le meurtre de Mohamed Abou Khdeir a présenté un certificat médical, il serait perturbé psychologiquement. Il faudra attendre plusieurs semaines pour savoir s’il est jugé pénalement responsable de ses actes, et s’il est donc condamné. L’avocat de la famille Abou Khdeir n’est pas très optimiste : « Il ne peut y avoir de jugement juste car ce tribunal représente l’occupation. Il se trouve dans un territoire occupé, à Jérusalem-Est. A chaque fois qu’un meurtre est commis par un Israélien sur un Arabe, le tribunal israélien le déclare comme fou. C’est habituel. »

    Si le principal accusé est libéré, le père de la victime promet qu’il ira devant la justice internationale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.