GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Une écrasante majorité du Parlement tunisien a retiré samedi soir sa confiance au gouvernement de Habib Essid, sous pression depuis que le président Béji Caïd Essebsi a souhaité un cabinet d'union nationale il y a deux mois. Comme prévu, les député ont majoritairement désavoué le gouvernement, 118 votant contre, 3 pour et 27 s'abstenant.

    Dernières infos
    • Mali: l'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'à fin mars 2017 (officiel)
    Moyen-Orient

    Irak: Bagdad appelle la Turquie à retirer ses forces du nord du pays

    media Des combattants peshmergas au barrage de Mossoul, en août 2014, dans le nord de l'Irak. REUTERS/Youssef Boudlal

    Bagdad appelle la Turquie à retirer ses forces de la région de Mossoul au nord de l’Irak. Turquie fait partie de la coalition internationale antijihadiste. Hier, vendredi 4 décembre, 150 soldats turcs sont arrivés dans la région pour former les forces kurdes irakiennes contre l'organisation Etat islamique. Une violation de la souveraineté nationale selon Bagdad.
     

    avec notre correspondante à Erbil, Oriane Verdier

    Les troupes turques étaient déjà présentes de longue date au Kurdistan irakien pour former les peshmergas dans leur lutte contre de l’organisation Etat islamique. Mais cette fois-ci, elles sont sorties de la région autonome et sont entrées dans la région de Mossoul, la deuxième ville d’Irak, sous contrôle de l’organisation Etat islamique depuis plus d’un an.

    Ankara a donc déployé 150 soldats et une vingtaine de chars sans demander l’aval des autorités irakiennes. En plus de former l’armée de la région indépendantiste kurde irakienne, la Turquie soutient la population sunnite d’Irak.

    Sa présence armée sur le territoire national est donc vu d’un mauvais oeil par le gouvernement chiite de Bagdad. Plus tôt cette semaine, le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi avait de toute façon déjà déclaré que tout déploiement de troupes étrangères sur le territoire irakien serait considéré comme un acte hostile.

    Parmi les forces irakiennes certaines milices chiites ont prévenu qu’elles se battraient contre les troupes américaines sur le territoire irakien. Les Etats Unis prévoyaient l’envoi en Irak de troupes de combat d’élite contre l’organisation Etat islamique.

    → à (re)lire: Lutte contre EI: l'aide de la coalition est insuffisante selon al-Abadi

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.