GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: les Palestiniens auteurs d’attaques trop souvent abattus

    media Le corps d'un Palestinien abattu par des soldats israéliens après avoir poignardé un soldat israélien à une station-service. Khirbit al-Misbah, le 23 novembre 2015. REUTERS/Ammar Awad

    Au Proche-Orient, les attaques à l'arme blanche continuent. Un soldat et un civil israélien ont été blessés ce mercredi à Hébron en Cisjordanie occupée. L'assaillant, un jeune Palestinien, a été abattu. Les Palestiniens dénoncent ce qu'ils appellent des « exécutions extrajudiciaires ». Sans employer ces termes, une organisation israélienne des droits de l'homme s'élève contre le fait que les Palestiniens soient souvent abattus, alors que dans bien des cas ils pourraient être maitrisés sans être tués.

    Avec notre correspondante à Jérusalem,  Murielle Paradon

    La scène est filmée fin novembre à Jérusalem-Ouest. Deux adolescentes palestiniennes dont une qui brandit une paire de ciseaux vers un passant sont violemment repoussées. Un policier leur tire dessus à plusieurs reprises alors qu'elles sont à terre.

    Un usage excessif de la force dénoncée par Sarit Michaeli, porte-parole de l'organisation israélienne des droits de l'homme B'tselem. « Ces adolescentes avaient 14 et 16 ans, elles auraient pu être maitrisées très facilement, dit-elle. L'une avait une paire de ciseaux, l'autre n'avait aucune arme. Le policier a tué l'une d'entre elles et grièvement blessé l'autre. Tirer sur ces deux jeunes filles alors qu'elles ne représentent vraiment plus aucun danger est un exemple criant de ce qui se passe régulièrement dans les rues d'Israël, depuis plusieurs mois. »

    Et la porte-parole de l'ONG poursuit : « Les policiers sur le terrain doivent certes utiliser un minimum de force pour protéger le public, arrêter les assaillants pour qu'ils soient jugés. En aucun cas ils ne doivent se transformer en juges et en bourreaux. »

    L'association B'tselem accuse le gouvernement israélien d'être responsable de la situation. Le Premier ministre a en effet donné carte blanche aux forces de l'ordre pour agir contre la vague de violence actuelle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.