GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: un cessez-le-feu et des pourparlers en Suisse

    media Le cessez-le-feu, demandé par le président yéménite Abd Rabbou Mansour Hadi, a pour objectif de faciliter les discussions de paix à Genève. REUTERS/Khaled Abdullah

    Les représentants des autorités yéménites et des rebelles houthis se réunissent ce 15 décembre 2015 autour d'une table, à Genève, en Suisse. Des discussions qui se tiennent sous l'égide des Nations unies. Dans le même temps un cessez-le-feu, voulu par le président Abd Rabbo Mansour Hadi, est entré en vigueur dans la pays. Mais il est fragile. Juste avant son entrée en vigueur des frappes menées par la coalition conduite par l'Arabie saoudite faisaient encore 15 morts.

    Ce n’est pas la première fois que des pourparlers de paix sont engagés en Suisse pour mettre un terme au conflit yéménite. Les précédentes négociations en juin dernier se sont soldées par un échec cuisant. Toutefois pour cette nouvelle session de dialogue, « il y a des points positifs », explique un diplomate occidental en charge du Yémen. Dans le détail cette source diplomatique l’affirme : les grands parrains régionaux à savoir l’Arabie saoudite et l’Iran veulent désormais qu’un accord soit trouvé.

    A Genève, le porte-parole de l'ONU a été clair ce mardi 15 décembre: il faut établir un cessez-le-feu permanent. Mais pour y parvenir il faudrait encore que les autorités yéménites acceptent les revendications des Houthis, à savoir davantage de représentation pour cette minorité au sein du futur gouvernement. En contrepartie les Houthis devront remettent leurs armes lourdes et quitter certaines régions du pays qu’ils sont parvenus à prendre ces derniers mois.

    Plus facile à dire qu’à faire d’autant que le vide laissé sur le terrain par les Houthis pourrait profiter à al-Qaïda mais aussi au groupe Etat islamique. Grosse inquiétude sur ce point, les jihadistes du groupe EI connaissent une progression fulgurante en ce moment au Yémen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.